(Facebook /karimouellet1)

La mort de l’auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet remontait au 15 novembre 2021, soit deux mois avant qu’il ne soit retrouvé par les policiers, indique le Bureau du coroner.

Karim Ouellet, est décédé d’une acidocétose diabétique dans un contexte de consommation de méthamphétamine. Il s’agit d’un décès naturel, selon ce qu’a conclu Sophie Régnière, qui a enquêté sur le décès du chanteur retrouvé sans vie le 17 janvier dernier dans le studio de musique qu’il louait à Québec.

Il était âgé de 37 ans.

Il souffrait de diabète de type 1 depuis plusieurs années, une condition qu’il acceptait difficilement.

Ses antécédents médicaux démontrent qu’il a été hospitalisé à l’âge de 17 ans parce qu’il refusait de prendre son insuline. En octobre dernier, il a été admis à l’urgence en raison d’une hypoglycémie sévère.

Sa prise d’insuline est devenue encore plus problématique en raison de sa dépendance à la cocaïne et à la méthamphétamine.

Il n'y a pas de trace de cocaïne dans les milieux biologiques analysés. «On ne peut donc pas tirer de conclusion sur la prise ou non de cette drogue compte tenu de son instabilité post-mortem, mais également de l'état du corps», indique le rapport.

Selon les analyses toxicologiques, la présence de méthamphétamines a été détectée dans le sang, et la présence en concentration élevée de corps cétoniques, des substances produites une fois qu'il n'y a plus de glucose disponible, a aussi été détectée. Aucune autre substance n'a été détectée, affirme-t-on.

La coroner indique que l'acidocétose diabétique, si elle n'est pas traitée, conduit à un déséquilibre électrolytique et éventuellement à un coma et qui entraîne le décès en quelques heures.

Par contre, cette affection grave s'installe en quelques jours et «un diabétique qui a été bien éduqué sur sa maladie a le temps de prévenir une acidocétose sévère»

Séquence des événements

Le rapport établit une séquence des événements jusqu'à la découverte du corps par les policiers et les ambulanciers.

Karim Ouellet a été vu pour la dernière fois vivant au cours du mois de novembre 2021 par d'autres locataires du même immeuble où il louait un studio de musique.

Le 4 janvier 2022, un membre de la famille de M. Ouellet a contacté le propriétaire du studio afin de demander des nouvelles; le propriétaire a fait des vérifications et il a noté que celui-ci n'avait pas payé son loyer des deux derniers mois, sans s'inquiéter davantage, peut-on lire dans le rapport.

Le 17 janvier, vers 21 h 45, le propriétaire a finalement contacté le 911 à la suite de plaintes pour odeur nauséabonde. Il a alors fait le lien entre les loyers impayés et les plaintes reçues et «il a craint le pire, connaissant l'état de santé de M. Ouellet».

La police, accompagnés des ambulanciers, sont arrivés quelques minutes plus tard. Ils sont entrés dans le studio, puisque la porte était déverrouillée. Ils ont trouvé Karim Ouellet qui gisait au sol, sur le dos.

Des sachets de drogue ont été trouvés par les policiers. La mort remontait à plusieurs jours. Pour cette raison, aucune manœuvre de réanimation n’a été entreprise.

Le décès du chanteur avait provoqué une onde de choc au Québec. De nombreuses personnalités publiques lui ont rendu hommage.

Avec des informations de la Presse canadienne