(LA PRESSE CANADIENNE/Helen Moka)

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) a un mandat pour faire la grève les soirs et fins de semaine.

Les 5 300 membres du SPGQ se sont prononcés en faveur de ce moyen de pression dans une proportion de 93,4%.

Le mandat de grève sera utilisé au moment jugé opportun.

Le SPGQ se dit insulté par l'offre salariale proposée par Revenu Québec.

«Nos quelque 5 300 membres sont insultés par l'offre salariale de RQ visant à renouveler leur convention collective, échue depuis mars 2021. Cette offre (2 % par an en 2020, 2021 et 2022) n'arrive pas à la cheville de l'inflation qui gravite autour de 7 %. Les membres du SPGQ à RQ ont travaillé d'arrache-pied pour maintenir les services de l'État, dans des conditions souvent difficiles tout au long de la crise sanitaire. Ils perçoivent cette offre comme une trahison, un véritable baiser de Judas», exprime Guillaume Bouvrette, troisième vice-président du SPGQ.

À lire également : 

Les propositions syndicales veulent surtout s'attaquer à réduire l'écart de rémunération globale entre le personnel professionnel de RQ et celui de l'Agence du revenu du Canada (ARC).

Selon des données du SPGQ, les postes offerts à l'ARC peuvent s'accompagner d'une rémunération jusqu'à 30 % supérieure à celle offerte par RQ.

«Outre la rémunération, le dépôt patronal propose la création d'une sous-catégorie de professionnels à temps partiel dotés d'horaires atypiques avec des conditions inférieures aux autres professionnels de RQ. Le fisc québécois veut aussi imposer unilatéralement un régime de télétravail, alors que l'ARC privilégie la flexibilité. Plutôt que de chercher des améliorations, l'attitude mesquine et rigide de RQ provoque une vague de départs sans précédent vers l'ARC et le secteur privé», mentionne M. Bouvrette.

Les professionnelles et professionnels de Revenu Québec occupent des emplois, principalement, dans les domaines suivants : administration, communications, comptabilité, vérification, recouvrement et enquêtes, droit, évaluation et bâtiment, fiscalité, gestion, recherche et stratégie, ressources humaines et technologies de l'information.