Joyce Echaquan: « Je sais que j'ai été super méchante » avoue l'infirmière

Capture-fb-joyce-echaquan

Le témoignage attendu de l'infirmière qu'on entend insulter Joyce Echaquan dans la vidéo diffusée en direct par la femme atikamekw, avant son décès, s'est déroulé jeudi matin. Elle s'est excusée à plusieurs reprises aux proches de la défunte. Les audiences publiques du bureau du coroner se déroulent au palais de justice de Trois-Rivières.

L'infirmière de 54 ans, maintenant au chômage après avoir été congédiée, a déploré les mauvaises conditions de travail pour expliquer son comportement. Elle a cependant admis que ses propos étaient inacceptables, en éclatant en sanglot.

« Je me suis fâchée. Je ne me suis pas fâchée après elle parce que c'était une patiente atikamekw, mais à cause de la situation, de la surcharge, de la pression. Je n'en pouvais plus. [...] Personne ne veut nous aider, personne ne nous entend, ça fait des années qu'on le dit. On essaie de dénoncer ce qu'on vit, qu'on n'est pas capable de soigner nos patients parce qu'on est enterrés de paperasse. »

La coroner qui préside les audiences, Me Géhane Kamel, n'a cependant pas acheté les justifications de l'infirmière.

« Il y a une chose que je ne tolère pas, c'est qu'on me sorte que les gens sont débordés alors qu'il y a une situation critique devant vous. [...] Si vous êtes en état de choc, le premier réflexe que vous auriez dû avoir c'est d'aller voir votre gestionnaire pour lui parler, demander de l'aide. Vous ne l'avez pas fait et vous êtes allé diner. »

Au moment des événements, Joyce Echaquan venait de chuter pour une seconde fois en bas de son lit d'hôpital. C'est à ce moment que la femme de 37 ans a lancée une diffusion en direct sur Facebook. Dans cette vidéo de plusieurs minutes, on entend l'infirmière en question dire à Mme Echaquan: « As-tu fini de niaiser là ? T'es épaisse en caliss ».

L'infirmière a avoué avoir paniqué en constatant qu'elle avait été enregistrée et avoir été choquée d'entendre ses propos au moment d'écouter la vidéo pour la première fois.

« J'étais tellement mal. Je n'ai jamais voulu le décès de cette patiente-là. Je sais que j'ai été super méchante et je le regrette tellement. Je m'excuse à la famille. Je ne lui voulais pas de mal. J'étais à boute. Je ne voulais pas faire ça. Quand je l'écoute, ce n'est pas moi. »

Plusieurs des parties intéressées ont questionné l'infirmière à de nombreuses occasions sur la suite des événements, puisque certaines de ses affirmations divergeaient avec les témoignages d'autres employés présents sur place, notamment quant à la contention de Joyce Echaquan, les doses de médicaments administrées et la décision de l'acheminer au département de réanimation.

L'avocat qui représente la famille de Joyce Echaquan a donné l'occasion à l'infirmière de s'adresser aux proches, ce qu'elle a tenu à faire, une fois de plus dans de grands sanglots.

« Depuis que c'est arrivé, je pense à ça jour et nuit. Je vous demande pardon pour ce que j'ai dit. Je m'excuse M. Dubé. Je sais toute la peine que je vous ai faite. »

Des médecins de l'hôpital de Joliette seront appelés à la barre jeudi, comme des gastroentérologues, un médecin de famille et une urgentiste.

 

 

Radio Artiste

Trouvez vos artistes préférés, appuyez sur leur icône et écoutez leurs meilleurs hits!