Les élus de Rimouski se prononcent sur Costco

costco

Les élus de la Ville de Rimouski se sont prononcés majoritairement en faveur de la venue possible d'un Costco.

Seules les conseillères du district Saint-Germain, Jennifer Murray et du Bic, Virginie Proulx, ont exprimé certaines réserves.

Mme Murray se dit partagée, puisqu'elle représente de nombreux petits commerces du centre-ville qui pourraient être affectés par l’établissement d’une multinationale.

Mme Proulx s'y oppose, puisqu'elle voit une « incohérence entre la venue d'un Costco et la transition énergétique ».

Les élus de Rimouski siège lors de la séance du conseil municipal du 18 novembre 2019.

Maude Parent, journaliste Bell Média

Plusieurs se disent plutôt pour la libre entreprise et estiment qu'il y aura des retombées économiques importantes. « Tant qu’à l’avoir dans l’Est-du-Québec, aussi bien que ce soit à Rimouski et non à Rivière-du-Loup ou Mont-Joli », fait valoir le conseiller du district de Pointe-au-Père, Jacques Lévesque.

Le conseiller de Sainte-Odile, Grégory Thorez, tient, quant à lui, à mettre de l’avant la volonté de la population. « Ma position n’est pas une position personnelle. Je représente les citoyens et ces derniers veulent un Costco. »

Le maire de Rimouski, Marc Parent, réitère sa position. En plus d’apporter un revenu de taxation important pour la Ville, les commerces locaux pourront bénéficier de la venue de nombreux consommateurs des régions voisines.

« Il y a un fort pourcentage de la population qui demande la présence de ce genre de commerce. Au niveau économique, c’est favorable pour le développement de Rimouski, parce que ça va attirer des gens qui viennent de la Côte-Nord, de la Gaspésie et du nord du Nouveau-Brunswick. »

Marc Parent, maire de Rimouski

Il indique toutefois que la Ville ne favorisera pas la multinationale en vendant le terrain qu’elle possède à rabais.

Costco et l’urgence climatique

De nombreux citoyens étaient présents lors de la séance du conseil municipal, lundi soir, pour souligner l’adoption de la Déclaration d’urgence climatique il y a un an.

Ils ont demandé à la Ville de rendre des comptes sur les initiatives environnementales mises en place au courant de la dernière année.

Si plusieurs appuient l’implantation d’un Costco à Rimouski, d’autres abondent dans le sens de la conseillère du Bic et s’y opposent, puisque la multinationale ferait grimper l’empreinte carbone.

Raphaël Arsenault a questionné les élus sur les déplacements des gens des régions voisines qui émettraient une grande quantité de gaz à effets de serre.

« Costco va attirer des gens de la Gaspésie et du Nouveau-Brunswick, mais ne serait-il pas mieux qu’ils restent chez eux et consomment dans leurs commerces locaux? »

Raphaël Arsenault, citoyen