Les pharmaciens participeront à la vaccination dès le 15 mars

Pharmacien Unslpash-Steven Cornfield

Les pharmaciens prendront part à l'effort de vaccination contre la COVID-19 à partir du 15 mars. Suite à une récente entente, ceux-ci pourront administrer des vaccins à partir de leurs pharmacies, de manière à rejoindre davantage de gens.

Lors de son point de presse cet après-midi, le ministre de la Santé Christian Dubé a précisé que l'initiative sera d'abord en place à Montréal, où la situation inquiète, avant d'être en vigueur partout au Québec. Sur l'île, 350 pharmacies qui seront dévoilées dans les prochains jours offriront la vaccination.

M.Dubé a rappelé que la totalité des cas de coronavirus positifs sont actuellement criblés et que de 12 à 15% de ces cas sont des variants, un taux qu'il craint de voir augmenter dans les prochaines semaines.

«Je vous le dis franchement, je vais peser mes mots, mais on a peur de cette situation-là. On a peur particulièrement dans la région de Montréal que ce soit un peu comme le calme avant la tempête. Je pense qu'on doit prendre ça en considération dans nos grandes décisions qu'on va avoir à prendre dans les prochains jours.» - Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Rappelons par ailleurs que plusieurs régions ont débuté la prise de rendez-vous en vue de vacciner les 80 ans et plus de leur territoire. C'est notamment le cas en Montérégie et en Chaudière-Appalaches.

À Montréal et à Laval, les personnes âgées de plus de 70 ans peuvent réserver leur place depuis hier.

RIEN DE NOUVEAU AVEC LE PASSEPORT VACCINAL

L'idée d'un passeport vaccinal, qui fait son chemin depuis quelques jours, ne nécessitera aucune intrusion dans la vie de la population. 

Le ministre de la Santé a tenu à clarifier sa pensée sur le sujet, qui consistera finalement en une bonification du registre déjà existant.

«C'est seulement une opération numérique du registre de vaccination qui existe déjà. Il n'y aura pas, comme certaines personnes ont voulu insinuer, d'intrusion dans la vie des gens. C'est rien de nouveau.» - Christian Dubé, ministre de la Santé