Frère du Sacré-Coeur : une décision dans les prochains mois

École Notre-Dame-du-Rosaire vers 1990 Cr Société d'histoire de Drummond, Fonds Pierre Dozois IC-2.1b32

Une décision sera rendue d'ici les prochains mois dans le dossier de recours collectif visant les Frères du Sacré-Coeur.

La firme d'avocat Kugler Kandestin a présenté au début du mois, devant la Cour supérieure à Sherbrooke, ses arguments en faveur du recours collectif.

Le juge qui a présidé l'audience a pris la décision en délibéré. Il a fait savoir qu'il fera connaître sa position le plus rapidement possible.

Me Robert Kugler, l'un des avocats au dossier, est confiant d'obtenir une décision positive.

Le demandeur est un homme de 55 ans qui affirme avoir été agressé par un frère, plusieurs fois, en 1978 et 1979 dans une école des Éboulements.

La requête déposée pour l'action collective tente de démontrer que les Frères du Sacré-Coeur ont agressé sexuellement des ados à de multiples endroits au Québec entre les années 40 et 90.

À Drummondville, l'école Notre-Dame-du-Rosaire et l'ancien Externat St-Georges sont mis en cause ainsi que les Frères Adolphe et Léonce.

M. Robert Kugler confirme que quelques présumées victimes de la région se sont manifesté jusqu'à maintenant. Les gens qui auraient subi des agressions sexuelles alors qu'ils fréquentaient une école ou un camp de vacances des Frères du Sacré-Coeur peuvent communiquer avec Kugler Kandestin.

L'action collective réclame 15M$ pour les dommages punitifs, sans compter de possibles sommes additionnelles.