Projet de loi 40 : les professeurs de Drummond s'opposent aussi

Professeur en classe

Les enseignants du grand Drummond ajoutent leur voix en tant qu'opposants au projet de loi 40 sur la réforme de la gouvernance scolaire. Ce projet de loi comporte l'abolition des commissions scolaires en les remplaçant par des centres de services, mais inclut aussi d'autres modifications majeures.

Les professeurs de la région s'indignent de la réduction de leur espace décisionnel, notamment par le fait qu'ils n'auront plus qu'un seul siège sur les conseils d'établissements ou d'administration.

Guy Veillette, président du Syndicat de l'enseignement de la région de Drummondville, décrie un autre changement que le ministre Jean-François Roberge défendait auparavant :

"La direction, après consultation, va pouvoir moduler les notes. Pourtant, le ministre lui-même avait dénoncé cette façon de faire au moment qu'il était dans l'opposition. Selon le projet de loi, ça se ferait au gré du vent. Si le directeur décide de changer une note de 58 ou 59 à 60 %, il va consulter et va le faire. Ce n'est pas compliqué, c'est encore une perte d'autonomie professionnelle !"

Le syndicat fait aussi valoir que leur expertise pédagogique n'est reconnue qu'en façade seulement et que les inégalités scolaires iront en s'accroissant par le manque d'encadrement dans le développement de projets particuliers. Reste à voir quand cette loi controversée sera adoptée et ce qu'elle contiendra.

Il faut dire aussi que cette sortie se fait dans un contexte de négociations de convention collective dans le domaine alors que l'actuelle vient à échéance en mars prochain.