Le maire de Québec porte plainte pour menaces de mort

Le maire de Québec n'entend pas à rire avec le niveau de risque de propagation de la COVID-19 dans sa ville. Régis Labeaume a publié une vidéo Facebook dans laquelle il sermonne ses citoyens.

Après le premier ministre québécois François Legault, c'est au tour du maire de Québec d'être la cible de menaces de mort en lien avec la pandémie de Covid-19.

L'agressivité des commentaires envoyés par deux individus ont convaincu Régis Labeaume de porter plainte à la police, qui confirme avoir amorcé une enquête dans ce dossier.

Les messages ont été écris peu de temps après l'annonce lundi du retrait de toutes les publicités de la ville qui étaient achetées à la station CHOI Radio X. Le discours opposé aux consignes sanitaires a motivé la décision de l'administration Labeaume.

Le maire devrait faire le point sur la question vers 13h30 puisqu'une annonce était déjà prévue pour discuter du milieu événementiel de Québec.

Plusieurs annonceurs larguent CHOI

Une dizaine d'entreprises ont décidé de retirer leurs investissements publicitaires à la station CHOI Radio X en raison d'un discours opposé aux consignes sanitaires pendant la pandémie.

La Ville de Québec est la première à avoir retiré ses placements et au moins quatre concessionnaires automobiles l'ont imité. Hydro-Québec, Desjardins et Industrielle Alliance ont aussi fait la même chose.

Deux campagnes publicitaires de la ville étaient en diffusées sur les ondes de CHOI pour un montant totalisant 9 000$.

L'administration Labeaume reproche à la station de nuire à la santé publique en donnant une tribune à des conspirationnistes sous le prétexte de la liberté d'expression.

Par leur choix de promouvoir l'opposition aux mesures sanitaires, les propriétaires de cette station de radio mettent en danger la santé et potentiellement la vie des citoyens de Québec et d'ailleurs. Sous le couvert de l'idée de la liberté d'opinion, cette organisation valorise les idées s'opposant aux mesures sanitaires.

L'entreprise RNC, propriétaire de la station de radio parlée, dénonce un appel au boycott basée sur une « association tendancieuse et fallacieuse avec le mouvement conspirationniste ».

L'opposition appuie la décision de la Ville

Le chef de Québec 21 estime lui aussi qu'aucune menace ne doit être tolérée, quel que soit le destinataire. Jean-François Gosselin s'est exprimé ce matin, via Twitter.

De son côté, le représentant de Démocratie Québec Jean Rousseau juge inadmissibles les menaces dont le maire Labeaume a fait l'objet.

Le conseiller du district Cap-aux-Diamants a fait connaître son inquiétude par voie de communiqué, ce matin.

"Je ne peux tolérer des propos qui menacent l’intégrité physique d’une personne. En attaquant le maire de cette façon, c’est toute la classe politique qui est visée. En cette période où nous devons faire preuve de solidarité, une telle attaque se doit d’être dénoncée" - Jean Rousseau, Démocratie Québec.

Il ajoute que la station CHOI devrait réévaluer sa politique éditoriale en temps de COVID sur le port du masque.

Avec la participation de Caroline Dumont, journaliste Bell Média.