Coronavirus: deux Gatinois à bord du navire en quarantaine

Plus de 250 Canadiens sont coincés à bord d'un navire de croisière au Japon, en raison du corona-virus qui affecte au moins 10 passagers.

Les vacances de deux Gatinois, partis en croisière en Asie, ont tourné au cauchemar.

Diane et Bernard Ménard sont coincés sur le bateau mis en quarantaine au large du Japon après qu'on ait détecté des cas de coronavirus à bord.

Jusqu'à maintenant, 20 passagers ont été testés positifs, dont deux Canadiens. Ils ont été transportés dans un hôpital sur la terre ferme.

Les autres passagers, soit environ 3700 personnes, sont en quarantaine pour 14 jours et sont forcés de rester dans leur cabine, au grand désarroi de Diane Ménard.

« Dans le moment, on est confinés dans nos cabines pour 14 jours. On ne peut pas sortir. Ils viennent nous porter de la nourriture. Ils font juste ouvrir la porte. Ils ont tous un masque et des gants et ils ressortent tout de suite. C'est bien dommage. On aimerait bien sortir du bateau avant d'être contaminés nous aussi, mais il n'y a pas grand chose qui se passe. [...] Le capitaine [...] a dit qu'il laisserait sortir les gens qui sont dans des cabines intérieures pour aller sur le pont prendre un peu d'air. C'est seulement des petits groupes alors ça peut prendre quatre ou cinq jours avant que tous les gens sur le bateau puissent aller prendre de l'air. »

- La Gatinoise Diane Ménard, sur les ondes de RDI

La famille du couple gatinois s'inquiète, notamment parce que Mme Ménard arrive à court de médication pour son diabète.

« Je suis diabétique alors j'ai besoin de médicaments. Comme je prévoyais être déjà rendu à la maison, demain c'est la dernière journée où j'ai mes médicaments. Ça fait trois jours que j'essaie d'en avoir, mais je n'ai pas de réponse encore. »

- La Gatinoise Diane Ménard, sur les ondes de RDI

LE SUJET REBONDI À LA CHAMBRE DES COMMUNES

Le cas du couple a rebondi aujourd'hui à la période des questions à la Chambre des communes alors que le député conservateur Alain Rayes a avoué s'inquiéter pour la santé de Mme Ménard.

« L'enjeu pour eux c'est que la condition de santé de madame pourrait se détériorer puisqu'elle n'a plu de médicaments pour son diabète. Monsieur le Président, est-ce que le premier ministre peut nous dire s'il a un plan pour s'occuper de nos Canadiens qui sont dans une situation précaire? »

- Alain Rayes, député conservateur

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a tenté de se faire rassurant.

« C'est évidemment une situation qu'on suit de très très près. Comme vous le savez monsieur le Président, la santé et la sécurité des Canadiens à l'étranger est une grande priorité. »

- François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères