Grève générale illimitée à Val-des-Cerfs dès le 31 mai prochain

Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska-Les professeurs exerceront une grève illiitée si rien ne bouge dans la négociation

Les enseignants du Centre de services scolaires Val-des-Cerfs en Montérégie ont voté à 75% pour une grève générale illimitée qui se déclenchera dès le 31 mai. Le Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska est insatisfait des conditions de travail et des dernières offres de Québec en vue de la ratification d'une convention collective nationale. 

Le Centre de services dessert 6000 élèves dans sept écoles secondaires situées à Granby, Waterloo, Cowansville, Farnham et Bedford et 10 300 du primaire.

Selon sa présidente Alina Laverrière, d'autres syndicats affiliés à la Fédération autonome de l'enseignement doivent se rpononcer sur un mandat général le 8 mars et ce vote pourrait déclencher un effet de dominos ailleurs.  

D'ailleurs, hier en Outaouais, le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais se dotait d'un mandat à 92%, ils sont plus de 5000 à être en grève illimitée.

Alina Laverrière est présidente du Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska: selon elle, la dernière offre du gouvernement était nettement insuffisante.

Mme Laverrière souligne que les conditions de travail, la pénurie de personnel, les départs à la retraite et les conditions d'apprentissage des élèves sont en jeu. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement.

«Nous voulons bien négocier, nous avons un comité de négociation disponible 7 jours par semaine mais il y a très peu de disponibilités de leur part. Les offres patronales sont de 5% sur trois ans, on est loin d'aller «accoter» l'inflation. L'enjeu principal est vraiment les conditions de travail générales, les services directs et pas seulement au primaire et au secondaire mais aussi à la formation aux adultes et professionnelles.  Quand on veut faire pression auprès du gouvernement, il faut un moyen de pression lourd et c'est ce que nous avons fait hier soir avec ce mandat fort de grève illimitée, parce que rien ne bouge»

Alina Laverrière est présidente du Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska

Et certains membres ont des inquiétudes quant à la protection des travailleurs et la pénurie de main d'oeuvre.

«Oui, il y a des inquiétudes de sécurité chez nos membres par rapport à la crise sanitaire. Par exemple, le Centre avait pris la décision de ne pas retirer les enseignantes enceintes préventivement, en raison du manque de personnel. La solution a été de placer un plexiglass devant elle pour la protéger mais ca la contraint dans ses déplacements. C'est aberrant! Nous ne sommes pas un guichet à la clientèle: nous donnons un service de proximité aux élèves»

Alina Laverrière est présidente du Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska

Rappelons que des enseignants de la Montérégie, affiliés à la CSQ aux centres de services de Saint-Hyacinthe et des Hautes-Rivières ont aussi un mandat de grève en poche de 5 jours, depuis la fin janvier. 

Dans leur cas, le salaire, la composition des classes, l'attractivité et la rétention du personnel sont au nombre des revendications.

 

 

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!