Inondations: le risque s'amoindrit à Gatineau

20220526_121715 (3)

Le risque d'inondations de la rivière Gatineau s'est amoindri dans les dernières heures.

Les précipitations moins importantes que prévu ont aidé la situation, mais c'est surtout le niveau peu élevé de la rivière des Outaouais qui permet un peu d'optimisme.

Le niveau de la rivière pourrait grimper d'environ 40 cm au pont Alonzo d'après les projections des experts.

Ça aura des impacts plus modérés sur le terrain.

« On a eu comme information qu'on était pour avoir des débits d'eau au pont Alonzo similaires à 2019, mais à cause du niveau d'eau de la rivière des Outaouais qui est beaucoup plus bas, les niveaux d'eau ne seront pas similaires à 2019. À 40 cm, il va y avoir des réactions sur le terrain où certains riverains vont avoir de l'eau, mais je ne parle pas dans la maison, seulement sur le terrain. Par contre, on pourrait ne pas voir d'inondations majeures. »

- Sonia Béland, directrice du Bureau de la sécurité civile

Malgré ces nouvelles encourageants, la mairesse de Gatineau, France Bélisle, a appelé les citoyens à la prudence.

« Je dirais qu'on ne peut pas être cigale et qu'on doit continuer à être fourmi. On ne peut pas dire aujourd'hui aux cityoyens «Laissez tomber, ne faites plus rien, tout va être correct». Par contre, il y a quand même des éléments qui sont encourageants, mais qui commandent encore à la prudence. [...] On n'a pas le goût de commencer à jouer au yo-yo. On n'a pas le goût d'arriver demain et dire que ça n'a pas l'air si pire que ça, puis mardi, on se remet en mesures d'urgence. On a une responsabilité de voir les choses venir. On demande aux gens de rester prudents et de continuer à prendre des mesures. À la Ville de Gatineau, on va aussi être dans cet esprit-là. »

- France Bélisle, mairesse de Gatineau

Hydro-Québec défend sa gestion du réservoir Baskatong

Les prochaines heures demeurent cruciales quant à ce qui se passera concrètement sur le terrain.

Jusqu'à 70 millimètres de pluie sont attendus au nord du réservoir Baskatong, ce qui pourrait forcer Hydro-Québec à ouvrir les vannes du barrage.

La société d'État qualifie la situation d'exceptionnelle.

« Durant les dernières semaines, on a eu l'équivalent de précipitations de deux mois. C'est quand même assez exceptionnel. C'est un phénomène qu'on ne voit pas habituellement à ce temps-ci de l'année des précipitations aussi fortes, si bien que l'on a moins de marge de manœuvre. »

- Hugo Sansoucy, Chef à la planification de la production, Hydro-Québec

Hydro-Québec se défend de prioriser ses équipements au détriment des citoyens.

« Nous sommes très conscients et empathiques de la réalité des gens de votre coin du monde. Vous avez eu votre part de catastrophes, à répétition, depuis plusieurs années. Toutes les décisions sont prises à la lumière de la compréhension de ça, ainsi que de la santé et de la sécurité. »

- Sophie Brochu, Présidente-directrice générale, Hydro-Québec

Le réservoir Baskatong est présentement rempli à 85% de sa pleine capacité.

- Avec la collaboration de Jadrino Huot, journaliste Noovo Info

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!