Le CRIO demande un financement récurrent pour les haltes-chaleurs

Itinérants (iStock.com Zinkevych)

Le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais demande un financement récurrent pour les haltes-chaleurs de Gatineau.

L'organisme dénonce le fait que le ministère de la Santé et des Services sociaux procède par projet pour accorder de l'aide financière alors que l'itinérance est un problème qui se vit au quotidien.

Les haltes-chaleurs du Vieux-Hull et du Vieux-Gatineau, qui deviendront des haltes-fraîcheurs, ont récemment obtenu le financement nécessaire pour prolonger leur ouverture de deux mois, soit jusqu'à la fin juin.

Le CRIO craint de devoir «quêter à nouveau» pour que les projets soient prolongés pour tout l'été.

« Les organismes communautaires reçoivent fréquemment des enveloppes qui proviennent de fonds d'urgence et qui sont non récurrentes, pour financer des services ponctuels. Ce mode de fonctionnement par projet menace la continuité des services. Il engendre une instabilité pour les personnes qui fréquentent ces services, ce qui alimente des angoisses et autres problématiques psychosociales. Cette absence de garanti de financement affecte aussi les employés. »

Extrait du communiqué de presse du Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais

Depuis leur ouverture, les haltes-chaleurs ont accueilli environ 100 personnes différentes, dont près de 30 qui n'avaient pas de toit sous lequel dormir.

Inscrivez-vous

Offres exclusives et promotions!