Un dirigeant de la GRC accusé d'avoir transmis des informations sensibles

Police GRC (CFRA)

Un haut responsable de la GRC est accusé d'avoir transmis des informations sensibles.

Cameron Ortis, qui a été arrêté hier à Ottawa, est soupçonné de communication non autorisée d'informations opérationnelles, d'abus de confiance et d'utilisation non autorisée d'un ordinateur.

La GRC confirme qu'il a été accusé en vertu des dispositions suivantes :

  • paragraphe 14 (1) de la Loi sur la protection de l'information
  • alinéa 22 (1) (b) de la Loi sur la protection de l'information
  • alinéa 22 (1) (e) de la Loi sur la protection de l'information
  • article 122 du Code criminel
  • paragraphe 342.1(1) du Code criminel

Les accusations sont liées à des activités qui auraient eu lieu pendant la durée de son emploi à la GRC.

L'organisation spécifie qu'elle ne fera, pour l'instant, aucun autre commentaire en lien avec cette affaire.

En collaboration avec Marie-Pier Boucher, journaliste à Bell Média