Une journée de grève par semaine pour les profs franco-ontariens

Classe (iStock.com maroke)

Après des rencontres de négociations infructueuses cette semaine, les enseignants franco-ontariens annoncent qu'ils accentuent la pression sur le gouvernement Ford.

Ils entament la phase 3 de leur grève, qui consiste à tenir une journée de débrayage toutes les semaines à partir de la prochaine semaine.

« Les conseils scolaires et le gouvernement semblent déterminés à se braquer contre toute possibilité d’avancement dans les discussions. À titre d’exemple, les conseils scolaires maintiennent des retranchements aux conditions de travail des enseignantes et des enseignants. Pour sa part, le gouvernement continue à déclarer que les négociations ne portent que sur les salaires et les avantages sociaux. Nous lui avons pourtant expliqué maintes et maintes fois que les enseignantes et enseignants franco-ontariens, qui ont à cœur le succès de leurs élèves, lui demandent aussi de réévaluer certaines décisions comme l’augmentation de la taille des classes, l’obligation de suivre des cours en ligne, auxquelles vient s’ajouter le refus d’octroyer le même financement qu’en 2017 à l’enfance en difficulté et aux élèves ayant des besoins particuliers. »

Rémi Sabourin, président de l’Association des enseignants franco-ontariens

La première journée de débrayage est d'ailleurs prévue jeudi prochain.

Les quelque 12 000 profs représentés par l'Association des enseignants franco-ontariens poursuivront aussi pendant ce temps-là leur grève du zèle.

En plus de mettre de côté plusieurs tâches administratives, ils ne participent plus aux sorties éducatives et aux réunions et n'entrent plus les notes ou les présences des élèves.