La police de Trois-Rivières se munie de plusieurs défibrillateurs

IMG_0857

La police de Trois-Rivières détient depuis quelques semaines 16 défibrillateurs, grâce à une entente conclue avec le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. Le déploiement de ces appareils permettra d'intervenir plus rapidement et d'accroître les chances de survie d'une personne victime d'un arrêt cardiorespiratoire.

Même si la réponse aux appels de nature médicale demeure l'exclusivité des services ambulanciers, il arrive bien souvent que les patrouilleurs soient les premiers répondants. Dorénavant, lorsqu'ils arriveront avant les paramédics sur un événement impliquant une cause médicale, les policiers pourront utiliser le défibrillateur pour réanimer un patient en arrêt cardiorespiratoire. Ainsi, on augmente de 60% les chances de survie.

« Cet outil supplémentaire permettra de réduire davantage les délais de réponse à certaines occasions », indique le directeur de la police de Trois-Rivières, René Martin.

Les 170 policiers en fonction recevront progressivement la formation adéquate à l'utilisation du défibrillateur, au cours des trois prochaines années. Cette formation de huit heures, déjà reçue par certains, sera donnée par des techniciens ambulanciers.

« Étant donné que chaque minute compte, les policiers ajoutent un maillon important à la chaîne préhospitalière, en collaboration avec les premiers répondants, les techniciens ambulanciers et le personnel hospitalier », soutient le Dr. François Parent, codirecteur médical des services préhospitaliers d'urgence du CIUSSS-MCQ.

15 des 16 appareils seront disposés dans les véhicules de patrouilles. L'autre sera conservé au quartier général de la police municipale, à proximité du quartier cellulaire. Le CIUSSS-MCQ a reçu un financement de 40 000 $ du ministère de la Santé et des services sociaux pour l'achat des défibrillateurs et pour la formation. Les appareils et la formation sont offerts gratuitement aux policiers.