223M$ pour aider les femmes victimes de violence conjugale

Violence conjugale ISTOCK lolostock

Québec injecte 223 millions de dollars supplémentaires, sur 5 ans, pour venir en aide aux femmes victimes de violence conjugale.

De cette somme, 92 millions seront consacrés aux maisons d'hébergement pour femmes de la province, où 163 nouvelles places seront créées et 73 embauches sont prévues.

Le gouvernement Legault réagit ainsi aux 10 féminicides survenus dans les quatre derniers mois, une situation qui démontre l'urgence d'agir pour protéger les femmes, selon la ministre Geneviève Guilbault.

"Je veux rappeler à toutes les femmes du Québec qu'il n'existe aucune contrainte actuellement, pandémie ou non, hôpitaux pleins ou non,  couvre-feu ou non, il n'existe aucune contrainte qui devrait vous empêcher de fuir un milieu violent." - Geneviève Guilbault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique.
 

L'aide financière permettra également de faciliter la sortie urgente d'un milieu dangereux, d'ajouter des effectifs spécialisés au sein des corps policiers et d'augmenter le soutien aux organismes venant en aide aux hommes violents. D'autres annonces à ce sujet seront faites ultérieurement.

Peu de données sont par ailleurs encore disponibles concernant les effets de la pandémie sur la violence conjugale. Toutefois, la présidente du Regroupement des maisons pour femmes, Chantal Arseneault, les mesures de confinement ont facilité le contrôle exercé par les hommes violents sur leurs conjointes

Elle rappelle notamment qu'en période de télétravail, un homme a accès à l'ordinateur, au téléphone de sa conjointe.

"Le contrôle est là et quand les femmes veulent reprendre un peu de liberté, les conjoints violents ont souvent l'impression de perdre le contrôle et c'est là qu'il y a une aggravation de la violence. C'est pour ça que les moments de rupture, c'est un moment très crucial." - Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.