À la rue avec 7 enfants dans moins d'un mois

La famille Bélanger: Alyka 18 ans, Mya 12 ans, Kamélya 9 ans, Maylissa 8 ans, Zak 6 ans, Ema-Rose 3 ans et Bailey 2 an

Si la recherche d'un logement représente souvent un véritable casse-tête, imaginez l'épreuve lorsqu’il faut trouver un toit pour abriter une famille de neuf personnes avec 7 enfants. Isabelle Cusson et son conjoint Sylvain Bélanger sont au bord du désespoir alors qu'ils seront forcés de quitter leur résidence de Ste-Brigitte-d'Iberville le 20 novembre.

Le couple est convaincu de faire l'objet de discrimination en raison de leur famille nombreuse. Malgré un dossier sans tache comme locataire pendant 10 ans, personne ne semble prêt à leur louer un logement.

« On a fait des dizaines d'appels par jour. On a visité environ une trentaine de maisons où les propriétaires nous ont refusé (...) Selon moi, ils visitaient mon Facebook et à partir de là, ils ne nous rappelaient pas. »

Isabelle Cusson

La famille Bélanger: Alyka 18 ans, Mya 12 ans, Kamélya 9 ans, Maylissa 8 ans, Zak 6 ans, Ema-Rose 3 ans et Bailey 2 an

Facebook Isabelle Cusson

 

Isabelle Cusson affiche fièrement sa photo de famille sur son profil Facebook avec ses 7 enfants, Alyka 18 ans, Mya 12 ans, Kamélya 9 ans, Maylissa 8 ans, Zak 6 ans, Ema-Rose 3 ans et le petit Bailey 2 ans. La maman qui attend un 8e enfant en février a d'ailleurs tenté le tout pour le tout lors d'une visite, cette semaine, en affirmant qu'elle n'avait seulement que deux enfants. La propriétaire d'une résidence de 5 chambres lui a répondu que la demeure était conçue pour une famille de 4 à 5 personnes maximum.

« Selon moi c'est de la discrimination totale. Les gens n'ont pas à gérer le nombre d'enfants qu'on a. C'est un choix qu'on a fait d'avoir autant d'enfants que ça. On aime notre famille. Ça envoie un bien mauvais message à la population.» -Isabelle Cusson

Le couple est même prêt à déménager loin des grands centres, s'il le faut, pour trouver un nouveau toit. Isabelle et Sylvain travaillent tous les deux dans le domaine de l'alimentation à la boucherie Les Viandes Noiseux à Marieville. Le couple n'aura d'autre choix que de briser le noyau familial en habitant deux logements séparés s'ils sont incapables de trouver une solution à court terme.

« Ça cause beaucoup de stress pour nous et les enfants. Deux professeurs me disent qu'ils ne reconnaissent plus mes enfants devant eux (...) Mon conjoint, ça ne paraît pas trop, mais je vois qu'il commence à «stresser» pour protéger la famille. » -Isabelle Cusson

Gilbert Côté, l'ancien propriétaire de la résidence que loue la famille Bélanger, a tenté en vain de trouver un nouveau logement à ses fidèles locataires après avoir vendu. Le nouveau propriétaire de l'immeuble a l'intention de raser le bâtiment dans le cadre d'un projet commercial d'entrepôts frigorifiés dans le domaine de l'alimentation.

(Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher, journaliste Noovo Info Montréal.)