Commerce en ligne facilité par un programme pour les PME de Drummond

Ordinateur ISTOCK golubovy

Un vaste mouvement s'amorce dans Drummond pour soutenir le virage numérique des PME du commerce de détail. Pour ce faire, la Société de développement économique de Drummondville (SDED) s'associe notamment à l'Association québécoise des technologies (AQT). Les deux organisations feront la promotion du programme "Mon commerce en ligne".

Le programme vise à permettre à 5 000 entreprises du Québec, du secteur du commerce de détail de moins de 100 employés, de prendre le virage numérique. Afin de soutenir la mise en œuvre de cette initiative, les paliers fédéral et provincial du gouvernement ont accordé 18 millions $ à ce projet.

SDED / On aperçoit Nicole Martel, présidente et directrice générale de l’Association québécoise des technologies (AQT); Maryse Fredette, directrice du secteur Commerces et services à la Société de développement économique de Drummondville, et Marc Lapointe, directeur général adjoint de l’AQT

CRÉATION DE SITE WEB, DE BOUTIQUE EN LIGNE, RÉSEAUX SOCIAUX

À l'échelle du grand Drummond, l'AQT aidera les commerçants à faire leur entrée dans le commerce en ligne (création de site web, réseaux sociaux, boutique en ligne...etc.). Le commerçant ayant déjà un site web et/ou un site transactionnel obtiendra de l'aide pour notamment bonifier ses services, améliorer l'expérience client et rehausser l'impact de ses publicités.

Alain Carrier, maire de Drummondville et président de la SDED :

"À Drummondville comme ailleurs au Québec, il est primordial que les entreprises visées par ce nouveau programme emboîtent le pas. Au bout du compte, la pandémie a contribué à accélérer la tendance de la consommation en ligne, qui était déjà en croissance marquée, et les détaillants ont tout à gagner à profiter de cette proposition qui comprend des expertises très pointues, et ce, à un coût plus qu'abordable. Je suis certain que les commerces de détail saisiront cette chance de prendre le virage numérique et seront nombreux à s'inscrire. " 
 

Au Québec, à l'aube de la pandémie, seulement 36 % des détaillants réalisaient des ventes en ligne, malgré un pourcentage élevé d'entreprises détenant un site Internet. La crise a eu un impact majeur sur les commerçants d'ici. Environ la moitié des détaillants (52 %) ont vu leurs ventes chuter depuis le début de la crise. Pourtant, les ventes en ligne ont explosé de 118 % au même moment.