COVID-19 : la Santé publique lance un appel à la vigilance en Estrie

covid vaccine istock

Devant la dégradation de la situation de la COVID, le directeur de la santé publique en Estrie, Dr Alain Poirier, et le ministre responsable de la région, Francois Bonnardel, ont fait une sortie jeudi après-midi afin d'inviter à nouveau les gens à se faire vacciner.

Il y a un mois, l'Estrie avait une moyenne de 35 cas par jour, et là on est à une moyenne de 93 cas par jour et même hier on a eu 119 nouveaux cas de COVID-19.

Les territoires présentant actuellement le plus de cas par nombre d'habitants sont les réseaux locaux de services (RLS) des Sources, du Granit et de Memphrémagog.

Les cas positifs sont majoritairement des enfants se trouvant dans le groupe d'âge des 5 à 12 ans.

Il y a 60 éclosions sur le territoire, dont 30 dans les écoles primaires.

" La hausse constante des cas dans la région de l'Estrie, au cours des dernières semaines, est préoccupante. Je demande à l'ensemble de mes concitoyens de demeurer prudents et de respecter les mesures en vigueur afin de mettre un frein à la propagation. Chacun doit y mettre du sien pour renverser la tendance." - François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l'Estrie.

Devant la dégradation de la situation, la santé publique invite à nouveau les gens à se faire vacciner.

Il semble que chez les enfants, ça se déroule rondement. Depuis mercredi, plus de 9000 rendez-vous ont été pris sur les 36 700 enfants habilités à se faire vacciner.

La couverture vaccinale dans la population âgée de 12 ans et plus est de 85,1 %, alors que le taux global de vaccination au Québec est de 91 %.

La Santé publique continue de suivre la situation de près et pourrait annoncer le rehaussement de certaines mesures de prévention et de contrôle si la hausse importante de nouveaux cas se poursuit, notamment en milieu scolaire.

Des tests rapides seront également déployés dans les écoles préscolaires et primaires.

Lorsqu'un élève aura été déclaré positif, tous les élèves de sa classe, même s'ils ne présentent aucun symptôme, passeront le test rapide, à moins que le consentement parental n'ait pas été obtenu.

(Avec la collaboration de la journaliste Josianne Lussier de Noovo Info Estrie)