Déluge du Saguenay : Vous étiez où il y a 25 ans ?

Déluge du Saguenay 1996

La question trotte dans la tête de pratiquement tous les Saguenéens aujourd'hui alors que nous soulignons le 25e anniversaire du déluge du Saguenay : vous étiez où le 19 juillet 1996 ? 

Des commémorations se tiennent dans les trois arrondissements de la ville. D'abord, une gerbe de fleurs a été déposée près de la rivière aux Sables dans l'arrondissement de Jonquière. Puis, les dignitaires, dont la mairesse Josée Néron, se sont déplacés à La Baie, près de la pyramide des Ha! Ha!. Un peu plus tard en avant-midi, les élus se sont rendus sur le site de la Petite maison blanche à Chicoutimi. La vice-première ministre Geneviève Guilbault était également présente.

Commémorations Déluge du Saguenay. Noovo Info

« Permettez-moi d'avoir une pensée sincère pour tous ceux et celles qui étaient sur la ligne de front. Je pense aux employés municipaux, aux pompiers, aux policiers, aux gens de la Croix-Rouge, aux militaires de la base de Bagotville, aux professionnels de la santé et à tous ceux qui sont venus en aide à leurs proches. » - Josée Néron, mairesse de Saguenay

Josée Néron, commémoration Déluge du Saguenay

La mairesse Josée Néron a tenu à expliquer comment le déluge du Saguenay a changé la façon d'aborder les catastrophes naturelles au Québec. Noovo Info

Des souvenirs toujours très frais en mémoire

Vous avez été nombreux à nous raconter vos souvenirs de cet événement marquant. Certains se rappellent de routes emportées dans le Bas-Saguenay et d'autres de voir des toits de maisons dans la rivière à Mars. Tous ont en souvenir la pluie diluvienne qui tombait sur la région.

« Je travaillais à la marina à L 'Anse-Saint-Jean, normalement ça prenait 30 minutes me rendre chez nous et ce soir là, ça a pris 3h. Quand je suis arrivé finalement a la maison j’avais dit à mon père que c’était l'apocalypse dans le village. »

« La chose plus impressionnante que j'ai vue c'était de voir descendre dans la rivière à Mars à la Baie les roulottes du Camping le Jardin de mon père comme si c'était des maisons de carton. »

« Je me rappelle que lorsque j'ai été évacuée par hélicoptère,  ils avaient installé ma mère dans un autre hélicoptère et j'étais seule avec mon père assis sur le bord de la porte coulissante et je voyais tous les dégâts, car nous passions au-dessus. Je capotais et je me rappelle de mon angoisse à retrouver ma mère. » 

« J'avais 7 ans et quand je me suis levée ma mère m'a annoncé que mon amie était devenue un ange et qu'elle ne pourrait plus venir me chercher pour aller à l'école. C'était Andrea la petite fille écrasée par sa maison dans l'éboulis.»

Finalement, Mathieu nous a raconté qu'il avait 4 ans à ce moment. Il se rappelle de chaque minute des 19 et 20 juillet pendant le déluge. Il a vu, entre autres, les bâtiments de la ferme de son voisin d'en face ainsi que les vaches glisser dans la rivière Ha ! Ha !

Cependant, après le choc initial, il a eu un black-out de plusieurs jours. Ce sont ses parents qui lui ont raconté la suite. Le jeune souffre encore aujourd'hui d'un trouble anxieux et d'un syndrome de stress post-traumatique.