Incendie suspect dans un motel désaffecté de Saint-Jean-sur-Richelieu

Un motel désaffecté du secteur Iberville, à Saint-Jean-sur-Richelieu, a été la proie des flammes le 4 novembre 2019.

Un motel désaffecté du chemin des Patriotes Est, dans le secteur Saint-Athanase à Saint-Jean-sur-Richelieu, a été la proie des flammes hier soir. Les policiers enquêtent puisque le brasier est d'origine suspecte.

 

Le bâtiment abandonné depuis plus de 10 ans est situé au coin de la rue de la Pépinière, près de l'autoroute 35.

L'appel est entré peu avant 19h30. À l'arrivée des pompiers, de la fumée et des flammes s'échappaient d'une pièce, soit une ancienne chambre ou un ancien entrepôt, et se propageaient au toit.

24 pompiers johannais, aidés de 4 collègues de La Prairie et d'une autopompe, ont attaqué défensivement le brasier pour éviter une propagation.

« L'incendie a été confiné à la section où il était à l'arrivée des pompiers. Ç'a pris moins de deux heures pour rabattre les flammes de l'extérieur. Étant donné que le bâtiment était abandonné, désaffecté, on a transféré l'enquête pour le point d'origine à nos collègues du Service de police. »

Daniel Dubois, directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Jean-sur-Richelieu

Des enquêteurs du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu sont d'ailleurs sur les lieux ce matin pour tenter d'en apprendre plus. Le propriétaire doit aussi se rendre sur place aujourd'hui pour constater les dégâts. 

Le sergent Jérémie Lévesque ne peut certifier qu'il s'agit d'un incendie criminel, mais l'enquête a débuté et aucun suspect n'a été arrêté. Aucune trace d'effraction ou d'accélérants n'aurait été trouvée, pour l'instant. 

« La scène a été transmise aux policiers au courant de la nuit et pour l'instant, nous traitons cela comme un incendie criminel, mais nous devons valider certains éléments. L'enquête se poursuivra toute la journée, mais aussi dans les prochains jours. »

- Jérémie Levesque, porte-parole Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu

Les dommages au bâtiment sont évalués à environ 15 000 $. Puisque l'endroit est désaffecté, heureusement, personne n'a été blessé.

Avec la collaboration de Jean-François Desaulniers, journaliste Bell Media