Jean Charest poursuit le gouvernement du Québec pour violation de sa vie privée

jean charest

Jean Charest intente une poursuite de plus d'un million de dollars contre le gouvernement du Québec pour violation de sa vie privée dans le cadre de l'enquête Mâchurer menée par l'UPAC.

L'ex-premier ministre du Québec le tient responsable d'avoir fait couler dans les médias des informations confidentielles sur lui et sa famille.

L'enquête Mâchurer lancée en 2014 porte sur le financement du PLQ, sur M. Charest et sur son grand argentier de l'époque, Marc Bibeau.

M. Charest affirme par ailleurs que le gouvernement aurait refusé de lui faire des excuses publiques et d'avoir recours à la médiation pour en arriver à un règlement.

«Ces fuites sont illégales et constituent de surcroît une entrave à la justice. [...] Le Commissaire de l'UPAC et son personnel ont baptisé cette enquête « Mâchurer », terme qui se définit notamment comme « barbouiller de noir », « calomnier quelqu'un, c'est-à-dire noircir sa réputation » ou « dire du mal de quelqu'un afin d'en salir la réputation ». » écrit M. Charest dans un communiqué