L'exploitation sexuelle «C'est pas un jeu»

Jeune détresse - IStockphoto CR nixki

Un échange sur les réseaux sociaux, un verre, l'espoir de cadeaux ou d'argent facile, les pièges menant à l'exploitation sexuelle des jeunes sont nombreux et plus difficiles à voir qu'on ne le croit en cette journée de sensibilisation. Les Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) lancent une campagne de prévention auprès des femmes de 14 à 25 ans.

La thématique qui a pour nom «C'est pas un jeu» raconte l'histoire vécue de trois jeunes filles, dont une adolescente de 12 ans qui s'est retrouvée dans l'enfer de la prostitution après avoir vécu une agression sexuelle.  Près du tiers des victimes de proxénétisme et d'exploitation sexuelle ont moins de 18 ans selon l'intervenante du CALACS Kelly Laramée:

 

« Depuis la pandémie, les jeunes passent beaucoup plus de temps sur leurs écrans et deviennent encore plus vulnérables au recrutement et à l'exploitation sexuelle.»

 

Sauriez-vous reconnaître les signes qu'une adolescente pourrait se trouver dans les griffes d'un proxénète? Voici une entrevue avec l'intervenante Kelly Laramée du CALACS Estrie:

 

 

Vous pouvez en apprendre plus sur la campagne cliquez ICI ou sur le compte Instagram «C'est pas un jeu».

 

Si vous avez besoins d'aide, contactez la Ligne info aide violence sexuelle au 1-888-933-9007