La ministre Marie-Eve Proulx démissionne

Marie-Eve Proulx

La ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Eve Proulx, quitte ses fonctions.

Le premier ministre François Legault confirme par voie de communiqué qu'il a accepté sa démission à la suite d'une rencontre qui a eu lieu ce matin.

"Marie-Eve Proulx a mené plusieurs dossiers chers à notre gouvernement en matière de développement économique régional et d’économie sociale, en plus d’assumer d’importantes responsabilités régionales. Je lui souhaite le meilleur pour la suite de son mandat." François Legault, premier ministre du Québec.

Les responsabilités que Mme Proulx occupait au sein du conseil des ministres seront redistribuées dans les prochaines heures.

Visée par des allégations de harcèlement psychologique, elle conserve cependant son siège de députée de Côte-du-Sud, dans Chaudière-Appalaches.

Une vingtaine de ses employés auraient démissionné ou auraient été congédiés depuis son entrée en poste, en raison d'un climat de travail toxique.

Devant les médias plus tôt ce matin, la cheffe libérale Dominique Anglade s'est dite très surprise du silence du premier ministre François Legault sur le dossier.

"Je me surprends beaucoup du silence de M.Legault sur cet enjeu-là quand il a été très vocal sur d'autres enjeux. Très vocal sur la question des médias sociaux, mais au sein même de ses propres troupes, il a été très silencieux sur la question du harcèlement psychologique." - Dominique Anglade

Le chef du Parti québécois Paul St-Pierre-Plamondon a quant à lui reproché au gouvernement de ne pas avoir pris les mesures nécessaires dès les premières allégations. Selon lui, de l'accompagnement aurait dû être fait dès février 2020.

"Ça aurait dû être fait depuis au moins un an et demi, au vu de la date de février 2020, alors qu'on savait qu'en février 2020 il y avait déjà 12 départs en 14 mois. La CAQ s'est fermé les yeux, a tenté d'étouffer l'affaire. Le seul endroit où la CAQ réagit rapidement, c'est quand il y a un problème dans les communications." -Paul St-Pierre-Plamondon, chef du Parti québécois.
 

 

LA MINISTRE PROULX A ÉTÉ RENCONTRÉE L'AN DERNIER

Questionné sur le sujet lors d'un point de presse cet après-midi, le premier ministre François Legault a reconnu avoir été mis au courant l'an dernier de l'existance d'un climat de travail difficile au bureau de la députée Marie-Eve Proulx.

Il affirme que dès ce moment-là, des gestes ont été posés pour tenter de régler le problème.

"On a rencontré Marie-Eve Proulx, on lui a donné des services, elle a eu droit au service entre autres de coach, et malheureusement, bien on se rend compte que la situation ne s'est pas suffisamment améliorée." - François Legault, premier ministre du Québec.

Il estime que Mme Proulx a encore du travail à faire concernant sa gestion du personnel et ajoute qu'un suivi sera fait auprès des employés de son bureau de comté.