Laurence Vincent-Lapointe doit encore patienter

IMG_8779

La Trifluvienne Laurence Vincent-Lapointe devait connaitre son sort mercredi, mais elle devra plutôt attendre encore au moins deux semaines avant d'avoir une réponse de la Fédération internationale de canoë (FIC) quant à son avenir sportif. La Fédération a demandé à l'athlète de 27 ans un délai supplémentaire afin d'évaluer son cas.

Vincent-Lapointe est suspendue provisoirement depuis le mois d'août, après avoir échoué un test antidopage pour la première fois de sa longue carrière. Son avenir est maintenant entre les mains de la FIC, qui doit décider si elle pourra reprendre la compétition ou si elle devra purger une suspension de 2 à 4 ans.

Si la Fédération internationale va de l'avant avec une suspension prolongée, le rêve olympique de la multiple championne du monde sera ainsi anéanti. Dans le cas contraire, elle pourra rejoindre ses coéquipières canadiennes en Floride pour recommencer à s'entrainer et tenter de se qualifier à temps pour les jeux olympiques d'été 2020, présentés à Tokyo.

Laurence Vincent-Lapointe clame son innocence depuis que du ligandrol a été retrouvé dans ses échantillons d'urine. Cet agent anabolisant permet d'obtenir les effets positifs de la testostérone, sans ressentir les effets négatifs.

Lors de son audience devant la Fédération internationale le 9 décembre à Lausanne en Suisse, elle et son avocat ont tenté de prouver qu'elle n'a jamais ingéré volontairement la substance interdite, mais qu'elle a plutôt été victime d'une contamination.