Le tiers de ce que mangent les Québécois a une faible valeur nutritive

Beignes-sante-aux-pommes-au-caramel-de-dattes-et-aux-noix

Près du tiers des calories absorbées quotidiennement par les Québécois proviennent d'aliments à faible valeur nutritive.

L'étude menée par des chercheurs de l'Université Laval démontre que les pâtisseries (18%) sont particulièrement appréciées alors que les boissons gazeuses (6%) sont beaucoup moins populaires qu'on aurait tendance à le croire.

La friture et les condiments (22%) demeurent les calories vides les plus englouties selon l'analyse paru dans le Nutrition Journal.

Les résultats démontrent également que les hommes mangent moins bien que les femmes avec une proportion de consommation d'aliments à faible valeur nutritive de 31% contre 28%. C'est surtout en soirée que les gens se nourrissent le moins bien.

Le professeur de l'École de nutrition de l'Université Laval qui a surpervisé les travaux est d'avis que le gouvernement peut en faire plus et à faible coût pour encourager les Québécois à mieux manger.

Ces aliments sont des cibles de choix simples pour des interventions en santé publique, que ce soit par un étiquetage plus explicite sur les emballages ou par une forme de taxation qui incite les consommateurs à privilégier les aliments sains. 

- Benoît Lamarche, professeur de l'École de nutrition de l'Université Laval 

Les aliments considérés comme faibles en valeur nutritive sont riches en gras saturés, en sucre ou en sodium.

Les travaux des chercheurs sont basés sur l'analyse ldes données fournies par un échantillon de 1 147 adultes provenant de 5 régions administratives du Québec.