Les Noirs, Autochtones et Arabes interpellés plus souvent par le SPVM

SPVM

Les personnes noires, autochtones et arabes sont interpellées de façon disproportionnée comparativement aux blancs par les policiers de Montréal.

C'est ce que révèle un rapport accablant contre le SPVM dévoilé aujourd'hui. Dans le cas des Noirs, ils risquent d'être interpellés 4,2 fois plus souvent, les Autochtones 4,6 fois plus et les Arabes 2 fois plus. Proportionnellement, les femmes autochtones se font interpeller 11 fois plus souvent que les femmes blanches.

Les trois chercheurs indépendants derrière cette étude estiment qu'il y a de la «discrimination systémique» chez les agents du Service de police de la Ville de Montréal et refusent d'utiliser le terme «profilage racial». Ils ont analysé toutes les données d'interpellations effectuées entre 2014 et 2017. Devant les résultats préoccupants, ils font 5 recommandations.

  • se doter d’une politique en matière d’interpellation;
  • produire et rendre public un rapport annuel présentant l’évolution des indicateurs en matière de profilage racial;
  • développer des modalités complémentaires de suivi en matière de profilage racial;
  • intégrer la question du profilage racial à l’ensemble de leurs plans, programmes et pratiques;
  • continuer ses efforts d’intégration de la question du profilage systémique à la formation policière et donner une place proéminente aux enjeux qui touchent la population autochtone

Le chef du SPVM, Sylvain Caron, se dit très préoccupé et promet des actions concrètes et rapides. Il annonce notamment qu'une politique sur les interpellations sera en vigueur dès mars 2020. Une équipe de policiers spécialisés dans les interventions auprès des communautés culturelles sera également mise sur pied. M. Caron assure que ses policiers ne sont pas racistes.

«Le rapport fait mention d’une problématique portant sur l’organisation du travail et non sur les valeurs de nos policiers. Plus précisément, il est question de procédures de travail qui induisent des disparités sur le plan des interpellations. Ainsi, l’intégrité des policiers et leur professionnalisme ne sont pas en cause. Je tiens d’ailleurs à réitérer mon entière confiance et ma grande fierté à leur égard.» -Sylvain Caron

La police de Montréal fait face à un recours collectif de 4 millions de dollars de la Ligue des Noirs du Québec pour les victimes de profilage racial.