Les préposés aux bénéficiaires en grève pour de meilleurs salaires

Personnes âgées-Istock KatarzynaBialasiewicz

375 travailleurs de quatre résidences privées pour aînés, principalement des préposés aux bénéficiaires, sont en grève depuis minuit pour obtenir de meilleurs salaires.

 

Les membres du Syndicat québécois des employés de service (SQEES), affilié à la FTQ, revendiquent surtout un salaire de 15 $ de l'heure à l'embauche et 1 $ d'augmentation sur trois ans. Ils gagnent environ 13,50 $ actuellement.

Ils demandent aussi à ce que les années d'expérience du personnel soient reconnues à leur juste valeur. Ces travailleurs, ce sont des préposés aux bénéficiaires, mais aussi des employés de cuisine, à l’entretien ménager et à la buanderie, notamment.

Les résidences touchées sont la Résidence Anjou à Montréal, l'Oasis Saint-Jean à Saint-Jean-sur-Richelieu (Chartwell), et les Appartements de Bordeaux (Chartwell) et le Domaine de Bordeaux (Chartwell), à Québec. À Québec, des résidents ont même signé une pétition en appui aux travailleurs.

Pour le conseiller syndical à la Résidence l'Oasis Saint-Jean, Garcia Saint-Fleur, c'est la moindre des choses d'offrir un salaire décent, surtout en contexte de pénurie de main-d'oeuvre.

« Ces personnes-là travaillent à un salaire qui ne représente pas l'ouvrage et le coeur qu'ils mettent à l'ouvrage. Il y a énormément de problèmes de rétention, il y a un roulement de personnel, sans oublier la rareté de main-d'oeuvre à laquelle ce secteur d'activités fait face présentement. »

 - Garcia Saint-Fleur, conseiller syndical

Le débrayage doit durer de 5 à 10 jours, selon la résidence touchée, à moins d'une entente. Les services essentiels, comme le réveil des résidents, demeurent assurés. Les membres ne peuvent faire du piquetage que de 10 à 20 % de leur temps, ils seront donc peu nombreux à la fois à l'extérieur.

Il devait initialement y avoir cinq résidences en grève, mais les travailleurs du Domaine des Forges, à Laval, ont entériné l'offre patronale à 66 % en fin d'après-midi hier. Les syndiqués en grève se disent ouverts à retourner à la table de négociation, dans l'espoir d'une entente.

Des membres du SQEES ont aussi manifesté hier au Conseil du trésor pour la reconnaissance de l'expérience dans le milieu de la santé et des services sociaux.