Levée de boucliers contre le retour en classe lundi

Masque élèves

Les syndicats des enseignants accusent François Legault de mettre en danger leur sécurité et celle des enfants en renvoyant les élèves à l'école, lundi. La première recommandation du Dr Boileau à la tête de la Santé publique soulève de vives inquiétudes alors que les hôpitaux du Québec sont engorgés de patients COVID.

La Fédération autonome de l'enseignement qui compte 50 000 membres accuse le gouvernement Legault de jouer à « l'apprenti sorcier » en pleine 5e vague de pandémie. Il craint une explosion de cas en allégeant les règles alors que des milliers de Québécois sont déclarés positifs à la COVID-19 chaque jour. Le constat est le même au sein de la Centrale des syndicats du Québec qui s'inquiète de l'empressement de François Legault à retourner tout le monde en classe.

«Il y a quelques semaines, il fallait presque fermer le Québec avec l'imposition du couvre-feu, etc. Qu'est-ce qui a changé depuis à part l'augmentation fulgurante des cas de COVID avec la pandémie? Il y a rien qui a changé.» - Éric Gingras, président de la CSQ

Le premier ministre du Québec a justifié sa décision sur les réseaux sociaux, hier soir, en indiquant que le port du masque sera obligatoire pour tous les élèves du primaire au postsecondaire. Il affirme que les enfants «ne courent pas de risques de santé importants avec la Covid» et craint les conséquences des retards scolaires et de l'isolement.

MOINS D'ISOLEMENT, PLUS DE TEMPS EN CLASSE

La Centrale des syndicats du Québec s'inquiète également du nouveau protocole de retour en classe qui devrait se préciser à 15h, aujourd'hui, lors d'un point de presse du premier ministre François Legault.

Il prévoirait, entre autres, de réduire de 10 à 5 jours la période d'isolement des élèves testés positifs à la COVID-19 avant leur retour en classe. Ce serait conditionnel à se qu'ils effectuent un test rapide négatif sans quoi ils passeront 5 jours supplémentaires à la maison. Rien de rassurant pour le président de la CSQ alors qu'il est « minuit moins une » à moins de deux jours ouvrable de la nouvelle rentrée.

« Les enfants au Québec leur place est en classe. On le sait, mais ça doit se faire avec des mesures de sécurité. Pour l'instant, il n'y a rien qui a été annoncé qui est à la hauteur de ce qu'on a besoin dans nos milieux. » - Éric Gingras, président CSQ

La ventilation dans les écoles et l'accès aux masques N95 pour le personnel scolaire préoccupe aussi grandement les milieux enseignants. La nouvelle survient alors que le Québec compte 8 351 nouveaux cas de COVID-19 et 52 décès ces dernières 24h.