Longueuil pourra abattre des cerfs au parc Michel-Chartrand


La Ville de Longueuil pourra abattre des cerfs de Virginie au parc Michel-Chartrand, a tranché la Cour supérieure du Québec, mardi.  (Paul Chiasson | La Presse canadienne)

La Ville de Longueuil pourra abattre des cerfs de Virginie au parc Michel-Chartrand, a tranché la Cour supérieure du Québec, mardi. 

En août, l'administration de la mairesse Catherine Fournier avait obtenu les permis nécessaires du ministère de l'Environnement pour ouvrir une chasse contrôlée cet automne.

À lire également: 

Les opposants, menés par l'avocate Anne-France Goldwater, avaient demandé la sauvegarde des bêtes pour qu'elles soient relocalisées.

«L'argument que j'apporte devant le juge, c'est qu'il n'y a pas besoin et pas urgence de tuer le troupeau de cerfs [...] alors qu'on a tant d'autres plans à proposer pour sauver ces beaux animaux», a déclaré celle qui représente les défenseurs des droits des animaux, notamment Sauvetage Animal Rescue.

Les experts de la Ville ont jugé pour leur part que les bêtes ne peuvent pas être replacées dans la nature puisque leur domestication à Longueuil les a rendus trop vulnérables aux prédateurs. 

«Le Plan d'intervention complet, incluant les dates de fermeture du parc et les autres modalités à déployer, sera communiqué à la population prochainement, et ce, avant le début des périodes de chasse», a précisé la municipalité par voie de communiqué.

Les opposants au projet, dont l'avocate Anne France Goldwater et la SPCA demandaient un sursis d'ici à ce que leur cause soit entendue, le 9 décembre. Ils s'étaient présentés en Cour mercredi dernier.

La Ville n'a pas souhaité formuler de commentaires à ce sujet.