Martin Ferron veut prendre soin des mines et de la forêt

Martin Ferron

Martin Ferron aimerait faciliter la vie des industries de la forêt et des mines.

Le candidat conservateur dans Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou s'engage à éliminer les dédoublements d'autorisations et les demandes de permis qui traînent en longueur s'il est élu.

Par exemple, dans le domaine minier, il faut quelque 650 permis et autorisations avant de démarrer un projet.

Ça ne fait pas de sens pour le candidat Martin Ferron :

«Le problème, ce n'est pas de demander des permis, c'est les dédoublements.  Il faut le faire au provincial et au fédéral pour les mêmes demandes.  Ça représente des années où on étire le démarrage de l'entreprise».

- Martin Ferron

En forêt, Martin Ferron estime que les conservateurs pourront se faire respecter par les Américains, qui ont souvent la gachette facile pour imposer des droits et des surcharges financières :

«Les conservateurs avaient réussi à régler le problème, et c'est revenu.  Il faut trouver un moyen plus efficace pour le régler et un gouvernement conservateur est prêt à travailler à une solution pour éviter qu'à chaque quelques années, il y ait le retour des droits anti-dumping».

- Martin Ferron

Il estime que Résolu à Senneterre doit débourser 500 0004 par mois en raison de ces droits américains.