Party d'influenceurs : 12 avis de non-conformité

L’ASPC dit faire «le suivi des cas présumés de fraude et du non-respect de la quarantaine.» Sur la photo, un avion de la compagnie aérienne Sunwing en vol. Christopher Katsarov - La Presse canadienne

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a émis 12 avis de non-conformité à des voyageurs québécois présents sur le vol controversé de Sunwing en direction du Mexique, a appris Noovo Info.

Du nombre, trois rapports ont été transmis pour des fins d’examen au Directeur des poursuites criminelles et pénales, a indiqué la santé publique canadienne.

L’ASPC dit faire «le suivi des cas présumés de fraude et du non-respect de la quarantaine.»

En plus de ces dossiers qui relèvent de la violation des règles de la santé publique, il y a aussi enquête pour vérifier le respect des règles touchant le transport aérien.

De retour la semaine dernière, des voyageurs avaient été interceptés lors de leur arrivée au Québec pour se soumettre à des tests de dépistage de la COVID-19. C’est à ce stade que les autorités vérifient l'intégrité ainsi que la qualité de leur preuve vaccinale et de leurs tests PCR, en plus de s’informer de leur projet de quarantaine.

La Sûreté de Québec (SQ) a déjà contacté l'ASPC pour obtenir les coordonnées des voyageurs, dans le but de faire le suivi sur leur quarantaine.

Ces voyageurs, incluant des influenceurs, avaient pris place à bord d'un vol nolisé de la compagnie Sunwing, en décembre dernier, et s'étaient eux-mêmes filmés en train de festoyer avant de diffuser les images dans les médias sociaux. On les voyait danser, debout dans l'allée, sans masque, sans distanciation, parfois en vapotant et en se passant une bouteille d'alcool.

Des experts affirment que le vol de Sunwing marqué par cette agitation festive aurait pu être interrompu à mi-parcours si certains protocoles d'aviation avaient été strictement suivis.

La semaine dernière, James William Awad, l’organisateur du voyage controversé à Cancun, a dit comprendre «pourquoi les citoyens peuvent être fâchés à la suite des événements», mais assurait avoir organisé un vol «sécuritaire».

(Noovo Info avec de l'information de La Presse canadienne)