Patience pour une consultation vétérinaire dans la région

Chien

Pénurie de main-d'oeuvre, cas de COVID-19 chez les employés, hausse des adoptions pendant la pandémie : les délais s'accumulent dans les cliniques vétérinaires partout en province. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'y fait pas exception, les propriétaires d'animaux de la région doivent s'armer de patience pour obtenir une consultation.

Dans toutes les cliniques, il est toujours possible d'obtenir un rendez-vous en urgence avec un vétérinaire. Or, étant donné que les employés doivent faire du temps supplémentaire lorsque des cas urgents s'ajoutent à leur horaire, les clients doivent payer des frais qui grimpent parfois jusqu'à 300 $, sans compter les soins rendus.

À Alma, l'Hôpital Vétérinaire Carcajou aurait besoin de 3 vétérinaires et 5 techniciennes de plus pour répondre à la demande, indique la directrice, Kim Harvey. Heureusement, les techniciennes en santé animale sont assez qualifiées pour aider les clients à distance par téléphone, explique madame Harvey.

« La technicienne va pouvoir donner ses conseils, c'est elle qui va aussi décider avec le client si c'est vraiment essentiel que l'animal soit vu le jour même, est-ce qu'on peut le placer le lendemain ou la semaine d'après. Un peu comme au triage à l'hôpital. »

À la Clinique vétérinaire du Saguenay, un seul vétérinaire prend en charge des rendez-vous. En seulement une heure mardi matin au moment de notre appel, 4 cas urgents se sont ajoutés à l'horaire de la journée, souligne Marie-Pierre Lavoie, technicienne en santé animale.

« On essaie vraiment de se mettre à la place des clients et de les rassurer, on fait notre possible. »

À la clinique vétérinaire Sagamie, où les vétérinaires soignent les petits et grands animaux, la situation est sous contrôle, grâce à l'arrivée d'une vétérinaire de la France au cours des derniers mois.