Plus de barrages policiers contre l'alcool au volant pour les Fêtes

La saison des barrages routiers est commencée. 800 automobilistes ont été contrôlés par les policiers hier soir à Montréal.

Qui dit temps des Fêtes et partys de bureau, dit saison des barrages policiers partout au Québec. La nuit dernière, 360 conducteurs ont d'ailleurs été contrôlés à la sortie du quartier DIX30 de Brossard, sur la Rive-Sud de Montréal.

 

Six d'entre eux ont échoué le test et deux conducteurs ont refusé de souffler, ce qui signifie qu'ils feront face à des accusations criminelles. L'opération était menée conjointement par le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) et la Sûreté du Québec.

Depuis un an, les policiers ont plus de pouvoir pour sécuriser nos routes.

« Auparavant, vous arriviez sur un barrage, vous vous faisiez intercepter, le policier devait accumuler certains soupçons, comme par exemple avoir les yeux rouges, une odeur d'alcool, avant de vous ordonner de souffler dans un appareil de détection. Maintenant, le Code criminel permet aux policiers, sans motif, de procéder. »

- Capitaine Paul Leduc, responsable de la Sécurité routière à la Sûreté du Québec

Ce barrage marquait le lancement de l'opération nationale concertée visant la conduite avec les capacités affaiblies, dont le slogan cette année est « Vous sortez, nous aussi ». Elle se déroule jusqu'au 2 janvier. La Sûreté du Québec et des corps policiers municipaux ont mené des opérations à divers endroits hier soir.

Malgré l'annonce de cette présence policière plus importante chaque année, 960 personnes ont été arrêtées lors de l'opération nationale concertée de 2018. 19 personnes ont aussi perdu la vie à cause de conducteurs aux capacités affaiblies seulement pendant les Fêtes.

Première cause de décès

L'alcool au volant demeure encore la première cause de décès et de blessures majeures sur les routes de la province. Les capacités affaiblies au volant ont causé la mort de 110 personnes par année en moyenne entre 2013 et 2017, alors que 220 personnes sont blessées gravement annuellement.

Ne prenez pas de risques. Depuis lundi, une personne qui se fait prendre une deuxième fois pour alcool au volant devra conduire avec un antidémarreur éthylométrique pour le reste de ses jours. Appelez plutôt Opération Nez rouge, qui débute ses activités ce soir, et ne vous gênez pas pour empêcher un proche intoxiqué de prendre le volant.

« On a toujours le taxi, l'Opération Nez rouge qui commence en fin de semaine, les amis, des conducteurs désignés. Invitez-vous à coucher chez les gens qui vous ont reçu à souper, ça ne les dérangera pas. Ce que je conseille, c'est de prévoir votre retour à la maison avant votre soirée. »

- Sergent Jérémie Levesque du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu

Un conducteur qui se fait prendre à conduire avec un taux d'alcool supérieur à 0,08 dans le sang voit son permis être suspendu sur le champ, son véhicule saisi, et devra faire face à la justice.

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) a aussi lancé la campagne de prévention « Alcool ou drogue au volant, mêmes conséquences », qui se déploie notamment sur les réseaux sociaux depuis le 18 novembre.

- Avec la collaboration d'Étienne Phénix, journaliste Bell Média.