Québec octroie 55 millions pour l'expansion du port à Contrecœur

Le Port de Montréal, vu des airs.

Québec octroie 55 millions de dollars à l'Administration portuaire de Montréal pour la construction d'un nouveau terminal de conteneurs à Contrecœur, en Montérégie.

 

Ce montant soutiendra la moitié des investissements de 111 M$ nécessaires au démarrage et aux travaux préparatoires du projet d'expansion sur la Rive-Sud, dans les cartons depuis 1988.

Le Port de Montréal investit la balance, soit 56 millions de dollars. Il y aura à terme un terminal sur les deux rives du fleuve Saint-Laurent.

Les travaux préliminaires pourraient débuter dès l'automne. Le nouveau président-directeur général de l'Administration portuaire de Montréal s'est réjouit de cette annonce importante en début de mandat en conférence de presse ce matin.

« Cette contribution consolide le projet et nous permettra concrètement d'effectuer différents travaux, dont des travaux de nivellement, de préparer les accès aux sites et d'aménager une barrière visuelle et sonore. Ce soutien demeure évidemment conditionnel à l'obtention des autorisations requises. »

- Martin Imbleau, PDG du Port de Montréal

Effectivement, le chantier doit encore obtenir le feu vert du ministère fédéral de l'Environnement.

1000 EMPLOIS CRÉÉS

Avec ce projet, le gouvernement souhaite consolider le transport maritime de marchandises à l'international, qui est en constante croissance.

Le Port de Montréal pourrait doubler la capacité de manutention de marchandises conteneurisées avec le terminal de Contrecœur.

« La capacité accrue de manutention de conteneurs nous permet d'envisager, pour les années à venir, une augmentation significative de nos possibilités d'exportation vers les marchés internationaux. »

- Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports

1 000 emplois seront créés pour son exploitation, prévue pour la fin 2024. La construction du terminal devrait s'étendre sur les deux années précédentes, dès avril 2022.

Le projet dans son ensemble est évalué entre 750 et 950 millions de dollars. La Banque d’investissement du Canada y injecte pour sa part 300 millions de dollars, et du financement privé viendra s'y ajouter.

IMPACTS SUR UN POISSON RARE?

En novembre dernier, le rapport provisoire d'évaluation environnementale de l'Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC) concluait que le projet n'aurait pas d'effets négatifs importants.

Malgré tout, certains groupes s'inquiètent pour des espèces menacées, comme le chevalier cuivré, une espèce de poisson en voie de disparition. Le gouvernement Trudeau vient d'ailleurs de s'engager à protéger son habitat, sans donner d'échéancier pour se conformer à la Loi sur les espèces en péril.

Les dirigeants du Port ne s'inquiètent pas de potentielles répercussions de cette décision sur leur projet à Contrecœur. Le Port de Montréal assure avoir un plan de compensation et vouloir mettre en place des mesures d'atténuation pour protéger l'habitat du chevalier cuivré. Les plans pourraient éventuellement devoir être révisés si le fédéral se conforme à la Loi.