La CMQ demande la destitution du maire de Sorel-Tracy

Ville de Sorel-Tracy-Le maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin

La Commission municipale du Québec (CMQ) demande la destitution du maire de Sorel-Tracy pendant au moins un an.  Elle soutient que Serge Péloquin aurait abusé de ses responsabilités quand il a installé un micro dans le bureau du greffier de la Ville, René Chevalier.

La CMQ a déposé une action qui sera entendue palais de justice de Sorel-Tracy dans deux semaines, soit le 8 juin, en Cour supérieure. Dans ce dossier, l'UPAC a aussi mené une perquisition à son domicile. 

Selon la porte-parole Isabelle Rivoal, si la Cour rend un verdict défavorable à son endroit, cela voudrait dire que M. Péloquin devrait se présenter à nouveau aux élections, puisqu'il ne s'agirait pas d'une simple suspension administrative.  

Épisodes d'écoute électronique

Dans le document de la CMQ, on apprend qu'en novembre 2020, Serge Péloquin aurait installé dans son propre bureau un appareil électronique permettant de capter le son et l’image, dissimulé dans une pile de papiers. Il aurait alors épié les conversations pendant deux jours. 

Il aurait ensuite installé le dispositif dans le bureau du greffier René Chevalier, sur une bibliothèque, relié à une application sur son cellulaire. 

C'est le 7 avril dernier, que le greffier a découvert le micro et que l'affaire éclatait au grand jour. 

Le maire invoquait alors l'article 52 de la Loi sur les cités et villes pour justifier cette écoute. 

Le greffier a depuis été réintégré dans ses fonctions, par une décision presque unanime du conseil,  après une suspension du maire