Un présumé proxénète de Longueuil pourrait avoir fait quelques victimes

SPAL-Il y a déjà une victime présumée de proxénitisme et des agissements de Carlito Henry

Le Service de police de Longueuil recherche de potentielles victimes d'un homme qui aurait été le proxénète et l'agresseur d'une femme adulte sur plusieurs années. L'enquête initiée depuis l'automne 2019 montre que l'homme était déjà connu des services policiers et qu'il pourrait avoir sévi auprès d'autres personnes.

L'homme de 30 ans de Brossard appréhendé le 13 juillet, Carlito Henry est déjà accusé de proxénitisme, de voies de faits et d'agression.

Pour l'instant cependant, la dénonciation porte sur une seule femme qui aurait été sous son influence dans les dernières années

L'enquête du Service de police tend jusqu'ici à démontrer qu'il aurait pu exploiter d'autres femmes au cours des 5 dernières années, en vertu d'un processus qui a débuté à l'automne 2019.

À son dernier passage en cour à Longueuil, Carlito Henry a été remis en liberté après s’être engagé à devoir respecter plusieurs conditions mais il s'expose à d'autres chefs.

On parle ici de chefs potentiels d'avoir «publicisé» des services sexuels moyennant rétribution et d'avoir exercé un contrôle sur une personne qui offre des services sexuels.

L'agent Ghyslain Vallières demande aux victimes de ne pas hésiter à se manifester et aux témoins de divulguer l'information pertinente à la poursuite de l'enquête.

«Souvent dans ces cas d'exploitation ou de proxénitisme, l'expérience nous montre qu'il est très rare que l'individu n'a  fait qu'une seule victime.  Parfois, ca a débuté beaucoup plus tôt, notamment à l'adolescence, ca se caractérise par un comportement qui peut être répétitif. C'est important que les gens appellent: pour protéger et sécuriser les victimes mais aussi pour que l'on puisse faciliter le processus judiciaire. Jusqu'ici, nous n'excluons pas qu'il puisse y avoir d'autres personnes, nous invitons les témoins ou toute personne à nous contacter à notre ligne dédiée au 450-463-7192»

Agent Ghyslain Vallières, porte-parole Service de police de Longueuil

Dans ce cas comme dans tout autre cas d'abus ou de proxénitisme, Ghyslain Vallières rappelle que le Service a une approche dédiée et tournée vers les victimes, en aidant au logement ou en offrant du support psychologique. 

«C'est ce qui distingue notre approche, le volet «humain» envers les victimes. Nous venons maintanant en aide aux femmes adultes dans leurs propres besoins. Vous êtes un ami, un enseignant, un proche? Si vous croyez que quelqu'un est à risque d'être exploité, alors il ne faut jamais hésiter.  Notre orientation est tournée vers la personne dans sa détresse»

 Agent Ghyslain Vallières, porte-parole Service de police de Longueuil