Une première femme à la tête de la SQ par intérim

La Sûreté du Québec sera dirigée par une femme pour la première fois de son histoire. Le conseil des ministres a entériné la nomination de Johanne Beausoleil. Sa candidature a été soumise par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, mercredi matin. Son mandat sera d'une durée de trois ans.

La Sûreté du Québec sera dirigée par une femme pour la première fois de son histoire.

Le conseil des ministres a entériné la nomination de Johanne Beausoleil. Sa candidature a été soumise par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, mercredi matin. Son mandat sera d'une durée de trois ans.

Johanne Beausoleil est actuellement administratrice au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Elle a déjà travaillé dans le milieu des services correctionnels et occupé un poste de vérificatrice interne à la Sûreté du Québec. (SQ)

« Elle a d'énormes capacités, compétences, expériences, pertinences. C'est aussi une femme (...) qui est reconnue pour son intégrité, ses valeurs d'éthique, sa capacité à mobiliser et à s'adapter dans les domaines sensibles, ce qui sera le cas dans ce genre de fonctions. »

- Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique

Johanne Beausoleil sera d'abord directrice générale adjointe, avant de prendre la relève de Mario Bouchard qui partira à la retraite le 16 décembre prochain.

Ce dernier dirige lui-même la SQ par intérim, depuis mars dernier, en attendant le sort réservé à Martin Prud'homme, relevé de ses fonctions pour des allégations d'infractions criminelles. 

Le plus grand corps policier de la province changera donc de chef pour la troisième fois en un an.

Contrairement à ses prédécesseurs, Mme Beausoleil n'est pas une policière. Elle ne croit pas que son statut de civile lui nuira:

« Je pense que c'est une question de compétence, beaucoup plus qu'une question de sexe ou de civile. (...) J'ai travaillé avec la Sûreté. Ça a toujours bien été avec mes collègues.» -Johanne Beausoleil, directrice-générale par intérim de la SQ

Mme Beausoleil estime que son premier défi sera de rallier les troupes et de s'assurer du travail d'équipe au sein des effectifs.. Elle entend se pencher sur la problématique de la détresse dans les rangs policiers, alors qu'une vingtaine d'agents de la SQ se sont suicidés au cours des dix dernières années. 

Elle espère aussi motiver les femmes officiers à être plus présentes au sein de la hiérarchie.

Sa nomination est bien accueillie par les partis d'opposition à l'Assemblée nationale.