VIDÉO : les paramédics augmentent la pression sur le gouvernement

Manifestation paramédics - Montréal

Les transports en ambulance pourraient être gratuits dès le début de la nouvelle année. C'est ainsi que les 3 500 paramédics affiliés à la CSN veulent augmenter la pression sur le gouvernement. 

À défaut d’un compromis satisfaisant d’ici les prochaines semaines, les ambulanciers vont cesser toutes tâches liées à la facturation des transports effectués, et aussi demander au Tribunal administratif du travail de leur permettre de déployer d’autres moyens de faire bouger autant les employeurs et le ministère de la Santé et des Services sociaux que le Conseil du trésor, dans le but de parvenir à un accord.

Ils sont sans contrat de travail depuis mars 2020. 

«Notre thème de négociation : Un appel au respect, ce n’est pas pour rien. Nous avons été au front tout au long de la crise de la COVID, même si nous étions déjà exténués en raison des conditions d’exercice déficientes. Pourtant, à chaque occasion, ce gouvernement nous a oubliés. Et il ne le reconnaît toujours pas. Après des mois de négociation, il n’a pas bougé de son offre salariale de 2 % par année.»

Jean Gagnon, représentant du secteur préhospitalier à la FSSS–CSN

En grève depuis plusieurs mois afin d'obtenir de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail, les paramédics viennent de publier une vidéo pour sensibiliser la population à leur réalité. 


 

Revendications

Les paramédics revendiquent notamment:

  • Des salaires comparables à d’autres catégories d’emploi qu’ils côtoient au quotidien, que ce soit dans les services d’urgence ou dans le réseau de la santé et des services sociaux
  • Que la surcharge de travail soit adressée, que les horaires de travail de faction qui sont désuets soient revus
  • Un renforcement de la santé et la sécurité au travail, entre autres la prévention contre l’épuisement professionnel
  • Que soit balisé l’élargissement de leur rôle au sein du réseau de la santé avec des conditions négociées, alors que leurs compétences et leur expertise sont davantage sollicitées, par exemple dans certaines urgences en soutien aux équipes soignantes.