3e lien: les résidents de la région de Québec préfèrent un pont à un tunnel


En conférence de presse à Saint-Georges de Beauce, Éric Duhaime (photo) a déclaré que son adversaire caquiste devrait prendre bonne note des résultats du sondage Noovo Info-Mainstreet. (Jacques Boissinot | La Presse canadienne)

Le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a réagi mardi au sondage Noovo Info-Mainstreet qui démontre que la région de Québec serait plutôt favorable à la construction d'un pont que d'un tunnel.

Dans la région métropolitaine de Québec, 38,7 % des personnes sondées privilégient un pont pour relier les deux rives, alors que 30,9 % appuient le projet de tunnel autoroutier de François Legault.

En conférence de presse à Saint-Georges de Beauce, M. Duhaime a déclaré que son adversaire caquiste devrait prendre bonne note des résultats de ce sondage.

Nécessaire malgré une baisse de la population en âge de travailler

Même si on prévoit une baisse de la population en âge de travailler dans la région métropolitaine de Lévis d'ici à 10 ans, un troisième lien entre cette ville et Québec reste nécessaire, selon François Legault.

Le chef caquiste compte sur son `ambition' pour générer une croissance de la population.

En mêlée de presse mardi dans Orford, il a argué qu'il veut faire de la région de la Capitale une «deuxième métropole», amener de nouvelles entreprises et des immigrants.

Or selon les projections de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), à Lévis, il y aura une baisse estimée à 600 individus de la population âgée de 20 à 64 ans, soit les personnes en âge de travailler. En revanche, il y aurait beaucoup plus d'aînés. En 2041 toutefois, il devrait y avoir une légère augmentation de 1700 adultes de plus dans la région de Lévis.

«Avec nos ambitions, il va y avoir une croissance de la population dans le Québec métropolitain», a néanmoins assuré le chef caquiste.

Il a semblé visiblement lassé par les questions sur ce mégaprojet de 6,5 milliards $ promu par son parti.

«Tout a été dit sur le troisième lien, on a besoin de ce tunnel.»

Croisé mardi midi lors d'une activité avec des partisans de la CAQ dans Richmond, le ministre sortant des Transports, François Bonnardel, qui a tant défendu le projet en Chambre, a refusé de commenter en disant qu'il laissait toute la place au premier ministre sur cet enjeu.

Férocement opposé au projet, Québec solidaire (QS) a repris une métaphore de hockey, sachant que le chef caquiste est un amateur de ce sport.

«Ça commence à être 5 à 0 contre le projet et ses partisans, parce qu'il y a une série d'études qui montrent que le troisième lien n'est pas nécessaire», a affirmé le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.

Depuis le début de campagne électorale, le chef caquiste doit constamment fournir des précisions sur ce chantier controversé.

M. Legault avait laissé entendre qu'il n'y avait pas d'étude actuellement sur le projet, or, il existe une étude du ministère des Transports (MTQ) que son gouvernement refuse de rendre publique.

Il répète que le besoin d'une autre liaison dans la région de la Capitale est une «évidence» et il est convaincu que les études à venir valideront le tunnel à quatre voies proposé par son parti.

Mais du même souffle, il a indiqué que la décision de construire un tunnel entre Lévis et Québec sera politique, quels que soient les résultats des études.