Des compagnies aériennes refusent de ramener les influenceurs de Cancún

Capture d'écran Noovo Info

Les influenceurs qui ont fait le party dans un avion Sunwing à destination de Cancún l'avant-veille du jour de l'an auront de la difficulté à revenir au Québec.

En fin d'après-midi mercredi, la compagnie Air Canada a confirmé à CTV news que « dans la mesure où nous pouvons identifier les passagers qui faisaient partie du groupe, Air Canada refusera l’embarquement [de ces personnes] pour assurer la sécurité des autres passagers et de son équipage. »

Plus tôt, Air Transat a également annoncé qu'elle refusera de ramener les passagers de ce vol nolisé du 30 décembre.

Sunwing avait déjà annulé le vol qui devait ramener ces voyageurs aujourd'hui en provenance du Mexique. La compagnie aérienne avait déclaré avoir indiqué au chef du groupe des conditions afin d'assurer la sécurité des passagers et de l'équipage lors du vol de retour vers Montréal.

«Malheureusement, le groupe n'a pas accepté toutes les conditions, avait toutefois conclu le transporteur. À la suite de notre enquête en cours et du refus du groupe d'accepter toutes les conditions de transport, nous avons pris la décision d'annuler le vol de retour, note Sunwing dans son message. Nous regrettons tout inconvénient pour les passagers.»

Les images des passagers turbulents relayées par plusieurs médias ont fait le tour du web, hier. La centaine de fêtards auraient enfreint plusieurs règles, dont de fumer, boire leur alcool personnel, danser et chanter dans l'allée et sur les sièges, le tout sans masque et sans distanciation.

Le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, a demandé à Transports Canada d'enquêter sur des informations faisant état de comportements «inacceptables».

Le premier ministre Justin Trudeau condamne l'agissement de ce groupe de voyageurs en pleine pandémie.

«Quand il y a une gang de sans-desseins qui décident de partir comme des ostrogoths en vacances, c’est extrêmement frustrant, c'est démoralisant et je peux vous dire que Transports Canada et le gouvernement du Canada prennent ça très au sérieux. On va faire des suivis sur commence ça s'est passé.»

Par ailleurs, l’organisateur du vol Sunwing a de la difficulté à comprendre pourquoi un « simple party » peut avoir causé un aussi gros «buzz». Il souhaite prendre le temps de penser à tout cela, pour «mieux comprendre la situation», a mentionné le principal intéressé via Twitter.

(Avec la collaboration de Noovo Info et La Presse Canadienne)