Éric Duhaime veut des réponses sur le troisième lien


Le chef conservateur du Québec, Eric Duhaime, discute avec des candidats devant son autobus de campagne, le samedi 17 septembre 2022 à Lévis, au Québec. (Jacques Boissinot | La Presse canadienne)

Le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a tenu son point de presse de lundi devant les bureaux du ministère des Transports à Québec où son équipe a déposé deux demandes d'accès à l'information concernant la sécurité sur le pont Pierre-Laporte et le dépôt des études sur le troisième lien.

«Il y a deux dossiers actuellement au sein du gouvernement de François Legault qui manquent cruellement de transparence pour les gens de Québec», affirme le chef du PCQ,

«On demande le dévoilement d'urgence de toutes les études, de toutes les recommandations, de toutes les correspondances - incluant les courriels - par le ministère des Transports ou toutes firmes qui a fait des recommandations au ministère des Transports ou des études sur la sécurité du pont Pierre-Laporte et les travaux et sur les études sur le 3e lien sur toutes ses formes», a précisé Éric Duhaime en conférence de presse.

Le chef du PCQ affirme qu'il y a déjà eu par le passé plusieurs demandes d'accès à l'information concernant ses deux dossiers, des demandes qui sont restées lettre morte.

Éric Duhaime a même lancé un appel aux fonctionnaires oeuvrant au bureau du ministère des Transports qui se sentiraient «muselés» à ne pas hésiter à devenir «des sonneurs d'alarme».

Pont Pierre-Laporte

Les révélations concernant la sécurité du pont Pierre-Laporte ont soulevé plusieurs questionnements au cours des derniers mois, des questionnements qui méritent des réponses selon Éric Duhaime.

Récemment, selon ce qu'a dévoilé Radio-Canada, le ministère des Transports a envisagé la fermeture de deux voies sur le pont Pierre-Laporte, une dans chaque direction, mais n'y a pas donné suite. 

À lire également

«On parle d'un retrait d'urgence d'équipements qui va coûter des millions de dollars aux contribuables. Ça sent l'improvisation, ça manque de sérieux, ça manque de transparence. Les gens qui traversent le pont chaque jour peuvent-ils encore faire confiance à ce gouvernement ?» de dire le chef du PCQ.

«Ils nous rassurent en disant que la sécurité est correcte, mais sans donner plus d'information. On ne peut pas faire de la politique avec la sécurité des gens de Québec», déplore Éric Duhaime.

Un contrat de gré à gré pour des travaux a été octroyé en juillet par le MTQ à la firme de génie civil Pomerleau. 

En tout, 28 suspentes du pont (sur un total de 160) seront consolidées. Le plan du ministère prévoit également que ces suspentes soient remplacées dans les prochaines années. 

Par ailleurs, un autre contrat a été accordé en juin dernier à Stellar Construction. Il s’agit d’un contrat de 3 ans «à exécution sur demande», donc l’entreprise devra réaliser des travaux toujours pour la consolidation et le remplacement de suspentes à la demande du ministère et selon ses besoins. Au total, 40 éléments structurels du pont feront l’objet de travaux d’ici la fin de l’année.

Troisième lien

Concernant le projet de troisième lien de la Coalition avenir Québec, Éric Duhaime émet énormément de réserve jugeant que le projet ne tient pas la route compte tenu des nombreux changements apportés au dossier au fil des mois et à l'absence d'études sur sujet.

«On veut faire la lumière. Nous avons donné 7 jours au ministère des Transports et au gouvernement pour nous donner toute l'information possible. Nous savons qu'il existe une étude sur le 3e lien, notamment sous la forme d'un pont, qui est la proposition du PCQ. Dans le cadre d'une élection, les électeurs ont le droit de savoir», martèle Éric Duhaime.

Monsieur Duhaime s’interroge sur la neutralité du ministère des Transports face au gouvernement Legault.

«Qui a demandé que soit retirée du site web du MTQ une étude sur le 3e lien faite en 2018? Est-ce une décision politique des fonctionnaires influencée par le ministre Bonnardel? Le MTQ doit être transparent, sans se mêler de politique», a-t-il martelé.

À lire également : Le troisième lien ne passe pas le «test climat», selon Équiterre

«Aucune étude» sur un tunnel

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a reconnu la semaine dernière qu'il n'y avait aucune étude sur le projet de troisième lien, reliant Québec et Lévis.

«On n'a aucune étude qui prend le projet de tunnel quatre voies pour le transport collectif», a-t-il dit en mêlée de presse devant la permanence caquiste à Montréal.

«Il y a actuellement des analyses en préparation», a-t-il précisé. Il s'attend à ce que ces documents soient prêts dans les prochains mois, mais selon lui, de toute façon, c'est déjà une évidence: la région de la Capitale-Nationale a besoin d'un autre lien interrives, en raison de l'augmentation de la population et de la circulation.

Le candidat-vedette caquiste dans Lévis, Bernard Drainville, a déjà dit au début septembre qu'il fallait «des études» sur le projet, mais que «l’attente, elle, n’a pas besoin d’être étudiée

 

En août dernier, Québec d'abord a fait savoir qu'il souhaitait une intervention rapide afin d'améliorer la fluidité de la circulation au pont Pierre-Laporte. Le chef, Claude Villeneuve croit que le Ministère des Transports du Québec devrait examiner la possibilité de mettre en place une gestion dynamique des voies du pont. Il demandait alors au maire Bruno Marchand de faire pression en ce sens sur le MTQ.

Des études ont été faites il y a plusieurs années sur la gestion dynamique des voies du pont Laporte, mais elles ne correspondent plus à la réalité d'aujourd'hui.

Chaque jour, 126 000 véhicules empruntent le pont Pierre-Laporte.

À lire également :