Exceldor : François Legault dénonce une situation «indécente»

Poulets, exceldor, poules

François Legault ajoute son grain de sel dans le conflit de travail à l'usine Exceldor de St-Anselme en Chaudière-Appalaches. Il qualifie la situation qui s'étire depuis le 23 mai d'indécente.

Le premier ministre du Québec somme le syndicat d'accepter la proposition d'arbitrage pour éviter de continuer de «gaspiller aussi bêtement des quantités énormes de nourriture». Ce scénario permettrait un retour au travail immédiat tout en poursuivant les discussions.

Un million de poulets ont été euthanasiés faut de place dans les abattoirs depuis le début du conflit.

Plus tôt ce matin, le ministre de l'Agriculture André Lamontagne a affirmé que le syndicat des TUAC avait la « responsabilité morale » d'accepter l'arbitrage et demandé aux 525 employés de l'usine de rentrer au travail plutôt que de poursuivre le processus de médiation. 

L'employeur a accepté la solution du gouvernement hier soir.

Le syndicat, pour sa part, refuse et dit préférer donner une chance à la conciliation en cours. Des syndiqués reprochent à Exceldor de préféré euthaniasier des poulets plutôt que d'augmenter leur salaire.

C'est toujours mieux d'avoir un règlement négocié que d'avoir un arbitre imposer une convention collective au travail. Si on est dans une situation que l'arbitre impose une convention collective, le noeud du problème ne sera pas réglé.


- Roxane Larouche, porte-parole des TUAC

Les négociations achoppent principalement sur les salaires. 

Des rencontres sont au menu en compagnie de la médiatrice spéciale jusqu'à vendredi.