La Cour approuve la vaccination obligatoire en santé

Infirmière

Le gouvernement Legault a le feu vert de la Cour supérieure pour appliquer son décret sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé. Le juge Michel Yergeau a refusé, ce matin, une demande d'injonction de travailleurs qui refusaient le vaccin.

Les employés contestaient la vaccination obligatoire sous prétexte qu'elle causerait des bris de services majeurs dans le réseau de la santé. Le juge n'a pas été convaincu que la décision politique allait à l'encontre de l'intérêt public. Rien n'empêche le ministre de la Santé, Chritian Dubé, d'appliquer le décret s'il le souhaite.

«Dans le cas présent, les demandeurs ont échoué à renverser la présomption qui veut que le Décret ait été adopté conformément à sa loi habilitante et qu'il l'ait été au bénéfice de la population en général. Il y a donc lieu, à cette étape, de laisser le Décret en application.» - Extrait jugement Cour supérieure

Cette décision risque d'avoir cependant peu d'impact sur le gouvernement Legault qui a déjà reculé deux fois plutôt qu'une sur la vaccination obligatoire. Le 3 novembre dernier, Christian Dubé affirmait passer de la «vaccination obligatoire au dépistage obligatoire» pour éviter des ruptures de services dans le réseau de la santé. La suspension de 8 000 travailleurs non vaccinés à compter du 15 novembre aurait entraîné la réduction d'au moins 500 services d'après les estimations du ministre.

Depuis, un peu moins de 200 travailleurs ont été suspendus sans solde selon La Presse pour avoir refusé de se soumettre au dépistage obligatoire imposé par Québec. Ceux qui refusent la vaccination doivent être testés 3 fois par semaine pour protéger les patients.

 

«ON AURA UN BEAU NOËL»

Le ministre Christian Dubé s'est fait rassurant, lors d'un point de presse à Rimouski, sur l'arrivée des nouveaux accommodements avec la reprise de la danse et du karaoké dans les bars du Québec, cette nuit. Des experts en santé questionnent ces nouvelles libertés qui pourraient entraîner une hausse de cas de COVID-19 à un peu plus d'un mois de Noël. 

«Oui, il y a un risque. Je pense qu'on le fait surtout pour la santé mentale en permettant aux gens d'avoir un peu de plaisir, mais je répète qu'allègement ne veut pas dire relâchement (...) On aura tous un beau Noël.»  - Christian Dubé, ministre de la Santé

Le ministre rappelle que le passeport vaccinal est obligatoire dans ces lieux pour prévenir les éclosions de COVID-19. D'ailleurs, les bars et restaurants n'ont plus à tenir de registre de leur clientèle à partir d'aujourd'hui. Les élèves du secondaire peuvent également enlever leur masque en classe partout au Québec depuis ce matin.