Le risque de zona augmenterait après une infection au COVID-19

Dans de rares cas, le virus varicelle-zona peut également provoquer un trouble neurologique connu sous le nom de syndrome de Ramsay-Hunt. (CTV News)

Selon une nouvelle étude, les adultes de plus de 50 ans qui ont été infectés par le COVID-19 sont plus susceptibles de connaître une poussée de zona.

Cet article est une traduction du contenu de CTV News

Une étude publiée dans la revue Open Forum Infectious Diseases en mai 2022 a examiné les données de 400 000 personnes qui avaient été infectées par le COVID-19 et de 1,6 million de personnes qui ne l’avaient pas été. Elle a révélé que les adultes de plus de 50 ans qui ont été infectés par le COVID-19 sont 15% plus susceptibles de développer un zona dans les six mois suivant la contamination. Le risque passe à 21% pour ceux qui ont été hospitalisés à cause de la COVID-19.

Le zona, également appelé herpès zoster, est une infection virale caractérisée par des cloques douloureuses qui apparaissent généralement sur un côté du torse. La disparition de l’infection peut prendre jusqu’à cinq semaines.

À lire également:

Le zona est causé par le virus de la varicelle et du zona, la souche d’herpès à l’origine de la varicelle. Après une varicelle, le virus peut rester en sommeil dans l’organisme pendant des décennies avant de se réactiver et de provoquer le zona, a expliqué le Dr. Kashif Pirzada, médecin urgentiste à Toronto.

«Il ne quitte jamais complètement votre corps. Votre système immunitaire le garde en échec, comme une lutte acharnée», a déclaré M. Pirzada à l’émission Your Morning de CTV mardi. «Si votre système immunitaire subit un choc important, comme une infection à COVID, ou si vous ne dormez pas, si vous ne mangez pas bien… alors il pourrait y avoir de l’inflammation et provoquer un zona».

Dans de rares cas, le virus varicelle-zona peut également provoquer un trouble neurologique connu sous le nom de syndrome de Ramsay-Hunt. Il s’agit d’une forme de paralysie faciale qui peut survenir lorsqu’une poussée de zona affecte le nerf facial près d’une des oreilles. Selon M. Pirzada, ses effets peuvent être dévastateurs. Au début du mois de juin, un diagnostic du syndrome de Ramsay-Hunt a contraint Justin Bieber à annuler une série de dates de tournée.

«Cela affecte votre équilibre, votre audition, votre goût, les mouvements de votre visage, même la fermeture de vos yeux», a déclaré Pirzada. «Et le rétablissement est long. Si vous commencez les antiviraux tôt, vous pouvez avoir une meilleure évolution. Mais le rétablissement peut prendre des mois, voire quelques années.»

À l’heure actuelle, a déclaré Pirzada, la meilleure défense contre le zona pour les personnes qui ont déjà eu la varicelle est le vaccin contre le zona.

Alors que le vaccin contre la varicelle est disponible pour les enfants au Canada depuis l’an 2000, le vaccin contre le zona n’est actuellement recommandé que pour les adultes de plus de 50 ans. Certaines provinces offrent le vaccin gratuitement aux personnes âgées, et les défenseurs de cette cause souhaitent que le reste du pays suive cet exemple.

Le Comité consultatif national de l’immunisation envisage également de recommander le vaccin à toute personne de 18 ans et plus qui est immunodéficiente ou immunodéprimée.

Quant aux allégations qui circulent en ligne selon lesquelles le vaccin COVID-19 provoque des épidémies de zona, M. Pirzada affirme qu’elles sont fausses.

«Vous allez gagner au loto 649 plusieurs fois avant d’avoir un zona causé par un vaccin», a-t-il déclaré.

À voir également | Gestion de la pandémie: «on s’en tire peut-être mieux que ce qu’on pourrait penser»