"Les CHSLD n’ont pas été pris en compte" -La protectrice du citoyen

Une action collective de 500 millions $ est autorisée par la Cour supérieure du Québec contre tous les Centres d'hébergement de soins de longue durée. (CHSLD) Le Conseil pour la protection des malades (CPM) prétend que les conditions de vie sont «dégradantes» dans les CHSLD et réclame des compensations pour tous les résidents.

Québec n'a rien fait pour préparer les CHSLD à l'arrivée de la COVID-19 en janvier 2020, contrairement à ce qu'a affirmé l'ex-ministre de la Santé, Danielle McCann, et le Dr Arruda à l'enquête de la coroner.

C'est ce qui ressort du rapport dévastateur de la Protectrice du citoyen sur la gestion de la première vague de la pandémie dans ces établissements.

Marie Rinfret déclare que ce n'est qu'à la mi-mars que le gouvernement a réalisé qu'il y avait un problème et qu'il a attendu la catastrophe du CHSLD Herron à Dorval, un mois plus tard, pour donner des directives.

La protectrice du citoyen estime que le gouvernement était obnubilé par la situation en Italie où les hôpitaux débordaient, ce qui a mené Québec à transférer des patients des hôpitaux vers les CHSLD.

«On a pris pour acquis que les CHSLD étaient en mesure de répondre à ces transferts, à cette demande, et d'offrir les soins et les services nécessaires. Les CHSLD n’ont pas été pris en compte dans aucun des scénarios de préparation de la pandémie.» -Marie Rinfret, protectrice du citoyen

Le gouvernement Legault maintient sa version

François Legault admet que la cellule de crise du gouvernement s'est réveillée au mois de mars, mais plaide que le monde entier a fait la même erreur.

Le premier ministre n'est pas d'accord avec la conclusion de la protectrice du citoyen qui affirme qu'il n'en a pas fait assez dans les CHSLD au début de la pandémie, estimant qu'il ne pouvait pas prédire l'ampleur de la crise.

En conférence de presse cet après-midi, il a réitéré que dès janvier 2020, une note avait été envoyée par l’ancienne ministre de la Santé, Danielle McCan, à toutes les personnes responsables de la sécurité civile, dont les CHSLD.

«C'est facile de jouer au gérant d'estrade après. [...] De penser que ça aurait un impact comme ça dans notre réseau et en particulier dans nos CHSLD, personne ne m'avait dit ça.» -François Legault, premier ministre du Québec

De son côté, le ministre de la Santé, Christian Dubé, assure avoir rapidement pris connaissance du rapport et que la moitié des recommandations a déjà été implantée.

Pour lui, le suivi est l’aspect le plus important. Monsieur Dubé souhaite multiplier les inspections. Il a d’ailleurs rappelé avoir ajouté des inspecteurs au sein des RPA et souhaite aussi augmenter le nombre d’évaluateurs dans les CHSLD

Des documents détruits?

Les partis d'opposition à Québec reprochent par ailleurs au gouvernement Legault d'avoir caché des documents à la coroner qui enquête sur les décès dans les CHSLD.

Des inspecteurs auraient documenté les visites dans les établissements durant la première vague de la pandémie.

Une sous-ministre a toutefois indiqué qu'il n'existait plus de traces de ces rapports, alors que le ministère de la Santé assure qu'ils n'ont pas été détruits.

La cheffe libérale Dominique Anglade demande à François Legault de venir témoigner devant la coroner Me Géhane Kamel.

(Avec la collaboration de Laurence Pellerin-Patenaude, journaliste Noovo Info)