Pénurie de bière dans les bars du Québec

bière.1

La grève à l'usine Molson de Longueuil entre dans sa 6ième semaine et aucune rencontre de négociation n'est prévue à court terme.

Ce conflit inquiète grandement les tenanciers de bar, car il manque de bière en bouteille dans les établissements. La pénurie affecte autant les produits Molson que les produits de Labatt, selon la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec, puisque les clients se tournent vers d'autres produits. 

«De nombreux tenanciers m'ont appelé au cours de la dernière semaine, particulièrement en région. Il manque de bières !» - Renaud Poulin, PDG de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec

La tempête parfaite 

Le beau temps arrive, les séries éliminatoires dans la LNH sont sur le point de débuter, c'est une tempête parfaite pour les tenanciers d'établissement licenciés. «On sort d'une pandémie, ça été difficile financière tout ça. On ne pensait pas se retrouver dans cette situation-là" affirme M.Poulin. 

Molson est en discussion avec les propriétaires d'établissements licenciés pour trouver une solution à cette pénurie provoquée par un arrêt de la production et les difficultés de livraison.  «Nous ne pouvons pas commenter notre plan de contingence qui est présentement en cours. Cependant, nous confirmons que nous sommes en communication directe avec la CPBBTQ afin de répondre à leurs questions et à leurs préoccupations. Comme toujours, notre porte reste ouverte à la négociation avec les représentants des Teamsters. Il est important de mentionner qu'ils ont décidé de lancer une grève sans même avoir consulté notre meilleure offre» a fait savoir par écrit Frédéric Bourgeois-LeBlanc, Spécialiste principal, communications corporatives chez Molson. 

La Corporation demande au gouvernement Legault de modifier la loi pour que les bières brassées ailleurs au Canada ou celles destinées aux épiceries puissent être vendues dans les bars du Québec. Des démarches ont été entreprises à ce sujet auprès du ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon et sa collègue de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. 

Étienne Phénix, journaliste Noovo Info/Les syndiqués de l'usine Molson lors du premier jour de grève, le 25 mars dernier.

Le moral des troupes est bon 

Les 420 employés de l'usine longueuilloise ont déclenché la grève le 25 mars dernier. Plus de la moitié d'entre eux se sont déjà trouvé un autre emploi. Les autres font du piquetage, en alternance, en attendant un dénouement à ce conflit qui survient dans un contexte de pénurie accrue de personnel «Y'en as-tu qui vont décider de ne pas revenir ? Je ne pas pas répondre à ça», a fait savoir le président syndical, Éric Picotte en entrevue à Noovo Info

Le médiateur au dossier n'a pas encore réussi à ramener les deux parties à la table de négociation. Les points en litige entre les parties sont nombreux, notamment les salaires et le processus de mises à pied ne tenant pas compte de l'ancienneté.