Québec présente son plan pour améliorer l'accès aux médecins de famille

Médecins

Le gouvernement Legault laisse tomber le bâton pour forcer les médecins de famille à voir plus de patients. Christian Dubé ne prévoit ni punition, ni changement au mode de facturation dans son projet de loi 11 déposé jeudi matin. 

Dans un premier temps, le ministre de la Santé forcera les omnipraticiens à prendre leurs nouveaux patients à partir d'un guichet gouvernemental. 

Ils devront aussi afficher leurs disponibilités sur une plateforme uniformisée et gérée par Québec qui permettra d'obtenir un rendez-vous aux patients en 36 heures, qu'ils aient un médecin de famille ou non.

« On a intégré tous les Bonjour santé, les Rendez-vous santé, les cliniques sous cette plateforme. Donc pour le patient, il embarque sur cette plateforme-là et on lui dit si un rendez-vous est disponible. La beauté, c'est que ça va se faire pour chacune des régions. » - Christian Dubé, ministre de la Santé 

Christian Dubé souhaite aussi fournir sur une base régionale, des données détaillées sur les pratiques médicales. Il espère effectivement que les données de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) à ses collègues qui font la gestion quotidienne dans les cliniques, comme les PDG des CISSS et des CIUSSS et des directeurs régionaux de médecine.

Si la collaboration attendue des médecins ne se concrétise pas, le ministre de la Santé se garde par contre le privilège de passer à la prochaine étape, a-t-il affirmé en conférence de presse. Il n'a toutefois pas précisé ce qu'il voulait dire par là, et n'a pas précisé les mesures qui se trouvaient au coeur de cette « prochaine étape ». 

Québec repousse ainsi, du moins pour l'instant, l'obligation de résultat ou les cibles précises quant au nombre minimal de patients imposés aux médecins dont il parlait depuis quelques mois.

Un autre irritant dans les négociations avec les omnipraticiens est aussi repoussé : la perspective de devoir payer des pénalités financières ou de faire face à des sanctions si les objectifs ne sont pas atteints.

Christian Dubé estime à 1,5 million le nombre de Québécois qui n'ont pas de médecin de famille.