Québec veut devenir la première région de biosphère de l'UNESCO en Amérique du Nord


Le Vieux-Limoilou perdra 169 espaces de stationnement et 301 places disparaîtront des Maizerets, mais le maire Bruno Marchand (photo) ne compte pas compenser ces pertes puisque que l’inoccupation des cases des secteurs s’élève actuellement à 58%. (Jacques Boissinot | La Presse canadienne)

En marge de la COP 15 qui se déroule à Montréal, le maire Bruno Marchand a annoncé que sa ville allait entreprendre des démarches afin obtenir la désignation de région de biosphère de l’UNESCO.

Il s'agit d'une démarche unique en Amérique du Nord pour un milieu urbain.

La ville entend mener le processus avec la collaboration de la Nation huronne-wendat et de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

Le maire de Québec croit qu'il est possible de concilier milieu urbain et biodiversité.

La Ville de Québec s'engage à atteindre la prochaine cible mondiale de conservation de 30 % de milieux naturels d'ici 2030. 

Elle fera de la protection des milieux naturels et des écosystèmes un pilier de son plan d'urbanisme en révision, soutenu par une stratégie en matière de biodiversité.