Un nouveau témoin pourrait permettre d'élucider la disparition de Marilyn Bergeron


(Courtoisie )

Un témoin important pourrait faire avancer le dossier de disparition de Marylin Bergeron, dont la famille est sans nouvelle depuis 2008.

En conférence de presse vendredi à Hawkesbury, le témoin en question, Guy Salicco a mentionné avoir rencontré Mme Bergeron en décembre 2009. «Elle a sonné chez moi vers deux ou trois heures du matin. Elle était gelée et elle pleurait […] Elle s'est réchauffée et elle a cessé de pleurer par la suite».

À lire également: La nouvelle de la disparition de Marilyn Bergeron

M. Salicco a affirmé qu’elle a passé un coup de fil, mais personne n’aurait répondu: «Elle était très très polie. Elle a quitté en marchant […] Elle était mince et très peu vêtue. Elle ne paraissait pas pour une femme de 26 ans, mais plutôt de 20 ou 21. Elle ne semblait pas sous l’influence de drogue [...] Elle était normale», a expliqué M. Salicco. «On lui a offert de dormir à la maison, mais elle a voulu repartir.»

«Elle portait un t-shirt blanc, des jeans, une petite veste et des talons hauts», a décrit M. Salicco.

À la lumière de ces informations, Andrée Béchard, la mère de la disparue, a affirmé être convaincue à «99%» que M. Salicco a rencontré sa fille ce soir-là. «Il y a de fortes chances qu’elle se trouve en Ontario [...] Ça ravive l’espoir», a-t-elle ajouté.

Questionné à savoir pourquoi cette information est rendue publique 12 ans après les faits, l'avocat Marc Bellemare, qui représente la famille, affirme que la police gardait l’information confidentielle. Il soutient que cette information doit être rendue publique afin de faire bouger les choses. 

Ce témoignage «prouve que Marilyn était vivante en décembre 2009 et elle est possiblement, probablement encore vivante quelque part, ou sinon, il est arrivé quelque chose», a déclaré Me Bellemare.

Appel à tous pour retrouver Marilyn Bergeron

Mme Béchard demande maintenant aux personnes qui ont des informations de «révéler» ce qu’ils savent afin de faire avancer le dossier. Elle dit avoir toujours espoir de retrouver sa fille en vie, «mais avec une réserve». «Parce qu'il faut être aussi réaliste. On peut l'avoir perdue, mais si on l'a perdue et il y a quelqu'un qui sait ce qui a pu arriver à Marilyn, on voudrait mettre fin à notre cauchemar», a-t-elle affirmé.

Les parents de Marylin Bergeron estiment que leur fille a «fui une situation en raison de la peur […] Ma fille portait quelque chose de très lourd en elle», a-t-on mentionné. «De la façon dont M. Salicco l'a décrite, elle était en détresse», a souligné sa Mme Béchard.   

Me Marc Bellemare a mentionné qu’ils avaient l’intention «de solliciter la contribution des citoyens de l’Ontario afin de retrouver Marilyn Bergeron», qui aurait été aperçue dans la région de Hawkesbury. Me Bellemare a soutenu que certaines personnes ne «voulaient pas parler» aux autorités.  

Au moins 40 signalements auraient été faits à ce jour. Le 17 février 2008, la jeune femme a quitté la résidence familiale de Québec en mentionnant qu’elle allait marcher. Ses proches ne l’ont jamais revue depuis. 

L'enquête policière a jusqu'ici déterminé qu'elle s'était rendue dans un guichet automatique de Québec et qu'elle a ensuite effectué une transaction dans un restaurant de Saint-Romuald, sur la Rive-Sud.

Me Bellemare rappelle qu'un événement survenu au début de 2008 aurait bouleversé la jeune femme et l'aurait amenée à quitter Montréal pour revenir au domicile familial pendant quelque temps. Elle se sentait alors menacée et pourchassée, selon les informations de la mère.

Toute personne ayant de l'information peut contacter de façon confidentielle le cabinet d'avocats de Marc Bellemare au 418-681-1227, ou encore communiquer avec les services de police de Québec ou provinciale de l'Ontario.

Avec les informations de La Presse canadienne